Boxe

Pas d'excuses pour David Lemieux

Publié | Mis à jour

Le boxeur québécois David Lemieux était certes blessé à l’épaule, samedi soir, lors de son combat contre l’Anglais Billy Joe Saunders, mais ce n’est pas une excuse pour expliquer sa défaite par décision unanime.

Le promoteur d’Eye of the Tiger Management, Camille Estephan, ne s’est pas défilé au lendemain de la déconvenue de son protégé, qui n’a pas été en mesure d’utiliser sa force de frappe devant un adversaire très technique et efficace.

«On ne dit pas qu'il a perdu à cause de sa blessure, a mentionné M. Estephan, dimanche, à TVA Sports. C'est sûr qu'il n'était pas à son meilleur à cause de la blessure, mais ce n'est pas une excuse.»

«On a perdu le combat, a poursuivi le promoteur. On doit féliciter Saunders qui a bien boxé. Il a fait ce qu'il fallait pour gagner contre David Lemieux. Il a essayé de minimiser les forces de David et maximiser ses forces à lui. Félicitations.»

Estephan a tout de même voulu rester positif quant à la performance du poids moyen québécois.

«David a boxé pendant 12 rounds, il a essayé pendant les 12 rounds, a-t-il rappelé. Saunders a été meilleur que lui hier. Son style était difficile à solutionner. On a sous-estimé la rapidité de son jeu de jambes. Ce n'était pas notre meilleure soirée, c'était la sienne.»

Par ailleurs, le promoteur a souligné que Lemieux allait bien dimanche matin, malgré une douloureuse blessure à l’épaule qui le forcera à aller consulter les médecins, lundi matin.

On recommence plus fort

Avec cette défaite contre un adversaire qu’il n’a pas semblé capable de trop déranger, David Lemieux s’est attiré des critiques selon lesquelles il serait un peu unidimensionnel pour son propre bien.

Des propos qui n’ont pas exagérément dérangé Camille Estephan, qui s’est dit habitué de les entendre. L’homme de boxe préfère regarder devant.

«On va se remettre à se peaufiner, à travailler tous les détails qu'il faut améliorer, a-t-il expliqué. C'est toujours une question d'amélioration.»

«Il ne faut pas oublier que David se bat contre les meilleurs poids moyens au monde, les trois au quatre meilleurs au monde, a également mentionné le promoteur. Quand tu arrives à ce niveau-là, tu vas en perdre quelques unes et tu vas en gagner quelques unes. Je peux vous garantir qu'on est tellement têtus qu'on n'arrêtera pas tant qu'on n'aura pas réussi jusqu'au bout.»

Camille Estephan estime que David Lemieux, qui a 42 combats professionnels dans le corps à 29 ans, en a encore pour «cinq ou six années dans lesquelles on va vous impressionner».

Contre O’Sullivan?

Gary O’Sullivan a offert une très belle performance en passant le K.-O. au jeune boxeur américain Antoine Douglas, samedi soir, dans le combat précédent celui de David Lemieux.

Le public a aimé l’Irlandais, qui en raison de son style, pourrait être un adversaire intéressant pour Lemieux.

«Gary O'Sullivan a été impressionnant hier, a avoué Estephan. Il a arrêté un Américain qui était réputé pour devenir un futur champion. Alors il devient un aspirant sérieux pour affronter David Lemieux un jour. Est-ce que c'est le prochain combat? On ne sait pas. On est le lendemain.»

Une belle relève

Oui, Lemieux a perdu, mais plusieurs autres protégés d’EOTTM, comme Junior Ulysse, Kim Clavel ou Steven Butler, ont tous remporté leurs combats. Cela fait a certainement fait plaisir au promoteur.

«Quand on regarde la soirée en entier, c'était une belle victoire pour la boxe québécoise, a-t-il indiqué. Ils ont vu qu'on a de très bons boxeurs avec une profondeur incroyable. J'ai même eu la question "d'où est-ce que ça sort, cette armée de super boxeurs?" Ils étaient épatés.»

Estephan était particulièrement fier d’Ulysse, qui a servi à son adversaire Cletus Seldin une recette semblable à celle que Saunders a offerte à Lemieux, à l’exception près que l’espoir québécois a envoyé valser son rival au tapis à trois reprises.

«Très content, Seldin, c'est un gars qui cogne très fort, a-t-il observé. Il fallait faire attention. Mais il l’a quand même envoyé au tapis trois fois. Il l'a presque arrêté.»

L’année 2017 fut donc très positive pour EOTTM, qui s’en promet pour la suivante.

«En 2018, on a de très gros plans pour nos jeunes qui sont déjà des vétérans», a lancé Camille Estephan.