Boxe

Lemieux vaincu par Saunders

Publié | Mis à jour

Le Britannique Billy Joe Saunders a gâché une soirée magique, samedi à Laval, en battant chez lui le Québécois David Lemieux.

L’emportant par décision unanime des juges (120-108, 118-110 et 117-111), Saunders (26-0-0, 12 K.-O.) a ainsi conservé, devant la foule hostile de la Place Bell, son titre de champion du monde WBO des poids moyens.

Face à un adversaire plus agile que lui, Lemieux (38-4-0, 33 K.-O.) a été particulièrement malmené au septième round. Le Québécois a bien tenté quelques coups puissants face à Saunders, mais sans être en mesure de l’atteindre pour le coup fatal avant la fin des 12 assauts.

Comme un lapin, Saunders se déplace plutôt bien. Et voilà justement un style qui n’a jamais convenu à Lemieux, qui préfère les bagarres. Le Britannique avait d’ailleurs prévu un combat entre un boxeur (lui-même) et un cogneur (Lemieux). C’est ce qu’on a eu droit...

«On n'est pas vraiment surpris de ce qu'on a vu ce soir parce que sur vidéo, il se bat sensiblement de la même manière, a indiqué l'entraîneur de Lemieux, Marc Ramsay, confirmant certains problèmes de son boxeur avec son épaule gauche. Je te dirais qu'il a simplement poussé à l'extrême parce qu'il avait un cogneur de la trempe de David Lemieux devant lui. Il n'a jamais voulu prendre aucun risque durant le combat.»

Le meilleur danseur l’a emporté et Lemieux a du même coup raté l’occasion, devant les caméras du réseau HBO, de mettre la main sur une deuxième couronne mondiale après celle de la IBF obtenue provisoirement en 2015 à la suite d’une victoire contre le Français Hassan N’Dam.

Le beau temps pour Ulysse

Également sur HBO, Junior Ulysse (15-1-0, 9 K.-O.) avait précédemment signé une victoire importante pour la suite de sa carrière. Il a envoyé son adversaire Cletus Seldin (21-1-0, 17 K.-O.) au tapis lors de chacun des trois premiers rounds. Ulysse a poursuivi son bon travail contre l’Américain pour finalement l’emporter par décision unanime des juges (trois cartes identiques de 99-88) au bout de 10 rounds.

«Après la pluie, le beau temps, a philosophé Ulysse, au terme du combat, faisant allusion à sa récente défaite contre Steve Claggett, en octobre dernier. C’est un exemple pour tout le monde. Restez positifs et vous allez voir que les portes vont s’ouvrir.»

Sur une autre note empreinte d’optimisme, Custio Clayton (13-0-0, 9 K.-O.) a remporté le championnat WBO International des poids mi-moyens en dominant l’Argentin Christian Rafael Coria (27-6-2, 11 K.-O.). Vainqueur par décision unanime, Clayton a obtenu trois cartes de 100-88 en sa faveur.

«Cette ceinture est un cadeau de Noël pour mes enfants, a indiqué le père de quatre bambins. Elle signifie beaucoup. J’ai atteint mon objectif de grimper dans les classements.»

Débuts réussis pour Kim Clavel

La Québécoise Kim Clavel a savouré particulièrement cette première soirée de boxe à se tenir au nouvel amphithéâtre lavallois. À ses débuts professionnels, Clavel (1-0-0, 0 K.-O.) a battu la Mexicaine Yoseline Martinez Jose (3-3-0, O K.-O.) par décision unanime des juges qui ont remis des cartes de 40-36, 40-36 et 39-37.

«Il n’y a jamais un homme qui m’a satisfaite comme je suis satisfaite aujourd’hui, a laissé savoir Clavel, avec le sourire, au terme de son combat. J’étais contente parce que la fille était bonne aussi. Elle savait boxer. Ça m’a donné beaucoup d’expérience, quatre rounds dont je vais rappeler toute ma vie.»

Kean et Butler s’imposent

Dans le premier combat de la soirée, chez les lourds, le Québécois Simon Kean (12-0-0, 11 K.-O.) a vaincu facilement l’Américain Mike Sheppard (25-22-2, 11 K.-O.) par K-O. technique après 39 secondes au deuxième round. Dès le premier assaut, Sheppard a visité le tapis, se relevant péniblement. La table était mise pour la suite.

Le jeune Steven Butler n’a pas pris beaucoup plus de temps à s’imposer face au vétéran américain de 42 ans Lanardo Tyner (32-12-2, 20 K.-O.). Un «uppercut», à 2 minutes et 29 secondes du deuxième round, a mis fin aux hostilités. Butler devenait alors le premier boxeur à arrêter cet adversaire avant la limite.

Spectaculaire Batyr!

Parmi les combats les plus spectaculaires de la soirée, Batyr Jukembayev (11-0-0, 9 K.-O.) a atteint solidement au visage, et à plusieurs reprises, son coriace opposant Wilberth Lopez (20-9-0, 14 K.-O.). Au bout de huit rounds, le protégé de Stéphan Larouche l’a emporté par décision unanime, non sans avoir lui-même été ébranlé au septième assaut.

Lors de l’avant-dernier combat, l’Irlandais Gary O’Sullivan (27-2-0, 19 K.-O.) a vaincu l’Américain Antoine Douglas (22-2-1, 16 K.-O.) dans un combat de championnat WBO Intercontinental des poids moyens. Les autres gagnants de la soirée, tous demeurés invaincus: Mathieu Germain (12-0-0, 6 K.-O.), Vincent Thibault (2-0-0, 1 K.-O.) Ryan Garcia (13-0-0, 12 K.-O.) et Nicola Adams (3-0-0, 2 K.-O.) 

LEMIEUX - SAUNDERS : COMPTE RENDU ROUND PAR ROUND

1er round

Le combat s’amorce sous les acclamations du public qui crie «Lemieux, Lemieux, Lemieux». Le Québécois garde le centre du ring. Les boxeurs s’étudient un peu, quelques coups sont lancés, rien ne porte.

2e round

Saunders évite les coups de Lemieux, veut lui faire frapper le vent. Lemieux continue d’occuper le centre du ring la plupart du temps. Saunders réussit à éviter les coups de Lemieux, qui se protège bien aussi. Saunders nargue le Québécois avec quelques pas de danse. L’Anglais loge un solide crochet de gauche en fin de round.

3e round

Lemieux reprend le centre du ring dès le début. Saunder le fait rater de nouveau. L’Anglais parvient à placer son direct, sans trop de dégâts, tout en évitant les frappes de Lemieux. Le jeu de pieds de Saunders est à point. Lemieux parvient toutefois à toucher Saunders solidement dans les derniers moments, la foule réagit.

4e round

«Plus on l’attaque au corps, plus on a de chances de le finir plus tard dans le combat», déclare l’entraîneur de Lemieux à son protégé, avant le round. Toutefois, le même manège se poursuit. L’Anglais danse, Lemieux frappe l’air. Belle combinaison de Saunders à la première minute. «Au corps, au corps», continue de crier le coin de Lemieux, qui fend l’air de nouveau.

5e round

Peu d’action au début du round. Saunders place un bon «jab» du gauche à la première minute. L’Anglais continue à danser, loge un direct à l’occasion, Lemieux ne parvient pas trop à le rejoindre. Saunders nargue Lemieux avec une minute à faire. Le public hue dans les dernières secondes en raison autant du manque d’action que des coups dans le vent de son favori.

6e round

«Il faut que tu contre-attaques plus rapidement», entend Lemieux dans son coin, entre les 5e et 6e rounds. Lemieux connaît son meilleur début de rounds depuis le début du combat, parvient à toucher Saunders, sans trop faire de dommages. Le Québécois est atteint solidement à la première minute, mais poursuit sans broncher. Saunders place un bon jab au menton de Lemieux peu avant la fin de la deuxième minute. Lemieux tente un ou deux coups de puissance en fin de round, sans trop de succès.

7e round

Saunders passe rapidement à l’attaque, Lemieux va brièvement dans les câbles, n’est pas trop embêté. L’Anglais place ensuite un très bon coup. Lemieux est à la peine lors de la première minute mais semble tenir bon. Saunders atteint encore solidement Lemieux à la mi-round avec un direct sec. Le Québécois a des marques au visage dans ce round éprouvant.

8e round

Au total, 101 coups ont atteint la cible pour Saunders contre 40 pour Lemieux, au début du round. Toujours désavantagé au niveau de la portée, Lemieux garde le centre du ring, mais n’atteint pas l’Anglais. Saunders nargue encore Lemieux à mi-chemin dans le round. Le Québécois frappe encore du vent dans la dernière minute, puis est atteint solidement par son rival.

9e round

Lemieux entame le round avec vigueur. Saunders reste imprévisible, mets des pièges, provoque, et Lemieux hésite. L’Anglais réussit à retourner au centre du ring, reste en mouvement. Peu de coups sont portés. Lemieux tente encore des coups de puissance en vain. Saunders devient un peu moins efficace à mesure que le round avance, mais les coups les plus lourds du Québécois continuent de fendre l’air.

10e round

Marc Ramsey intime Lemieux de se servir de ses deux mains lors de ses attaques, trouve son boxeur trop prévisible. Saunders est encore en jambes en début de round. Le Québécois place un bon crochet de gauche lors de la trentième seconde. Saunders tourne autour de Lemieux, se sauve moins, mais reste à distance. Le Québécois tente des directs à la mi-round, mais Saunders contre-attaque efficacement. L’Anglais place un bon uppercut en fin de round, Lemieux encaisse.

11e round

«On ne le lâche pas d’une semelle. Jusqu’au bout. On a le power de notre bord», entend Lemieux avant le début du round. Début des «rounds de championnat». Lemieux veut coincer Saunders dans les câbles, n’y arrive pas. Le jeu de pieds de l’Anglais continue d’être excellent. Aucun coup solide n’est encore porté après deux minutes. Beaucoup d’imprécision. Lemieux touche la cible, au corps, avec 50 secondes à faire. L’Anglais loge quelques directs en combinaison, puis Lemieux le touche solidement d’un crochet du gauche, et de nouveau dans les dernières secondes.

12e round

«On y met tout notre cœur, toutes nos couilles, t’as trois minutes», lance Marc Ramsey à Lemieux avant le round. La foule est bruyante en début d’engagement. Saunders lance des directs agaçants pour Lemieux. L’Anglais se déplace, le Québécois est à sa chasse. La foule hue lorsque Saunders continue à danser à et éviter son rival. Lemieux aimerait éclater son rival, mais ne peut le rejoindre. Conscient d'être en avant aux points, Saunders reste calme.