SPO-PADDOCKS-CIRCUIT GILLES-VILLENEUVE

Crédit : TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

F1

Des infrastructures aux exigences de la F1

Publié | Mis à jour

François Dumontier n’a pu cacher sa fierté en assistant au dévoilement de l’esquisse des nouvelles infrastructures des paddocks au circuit Gilles-Villeneuve.

Cette réfection des garages était l’une des conditions principales de la nouvelle entente signée l’an dernier et qui assure la tenue du Grand Prix du Canada jusqu’en 2029.

« Nous adapterons nos installations aux nouvelles exigences de la F1, a indiqué le promoteur de l’escale montréalaise. Et je pense, honnêtement, que ce sera très beau et que le monde de la F1 va apprécier. »

Dumontier a participé à l’élaboration des plans de rénovation à titre de consultant en s’inspirant, entre autres, du Circuit des Amériques, site du Grand Prix des États-Unis à Austin, qui présente une structure à trois étages.

Le premier niveau sera consacré au garage des écuries de F1, le deuxième aux loges d’entreprises, à la salle de presse et aux studios des commentateurs télé, alors que le dernier étage proposera d’autres loges, cette fois à aire ouverte.

Clin d’œil à Expo 67

À l’entrée des puits de ravitaillement, le bâtiment offrira sa véritable signature : une surface vitrée étalée sur trois étages devant laquelle le logo de l’Expo 67 sera mis en évidence.

L’architecture du bâtiment fait un clin d’œil à certains pavillons de l’exposition universelle dont la Biosphère, emblème jadis des installations des États-Unis.

« L’idée, c’est de montrer aux amateurs et aux téléspectateurs à travers le monde, d’indiquer Dumontier, qu’on est vraiment à Montréal et nulle part ailleurs. »

Le promoteur du Grand Prix du Canada a aussi tenu à dire que le tracé du circuit Gilles-Villeneuve ne sera pas modifié.

« Nous avons une configuration unique que nous souhaitions conserver. Le monde de la F1 l’a toujours appréciée et il n’était pas question de la modifier. C’était primordial. »

Facture de 48 millions

Initialement évaluée à 32 millions de dollars, la facture totale des travaux a été fixée à 48 millions dont 30 M$ seront assumés par la ville de Montréal et la balance par le Gouvernement du Québec.

La journée de jeudi a marqué le lancement de l’appel d’offres et de la présentation du concept final. C’est en mars 2018 que le contrat sera octroyé à la firme qui se verra confier la construction. Le début des travaux est prévu au début de juillet 2018 et le tout devra être complété en avril 2019.

Peu d’intérêt pour la FE

Dumontier, enfin, s’est fait discret sur la FE, dont, dit-il, il n’a pas grand intérêt.

« Certaines villes se désistent au fil des ans, fait-il remarquer, c’est un championnat qui connaît des difficultés... »