Crédit : AFP

F1

Sergey Sirotkin préféré à Robert Kubica?

Publié | Mis à jour

L’écurie Williams a réduit sa liste de candidats à deux pilotes pour succéder à Felipe Massa en 2018.

Si Robert Kubica détenait une longueur d’avance il y a quelques jours à peine, il ne faudrait pas mésestimer les chances de Sergey Sirotkin, qui pourrait devenir le nouveau coéquipier du Montréalais Lance Stroll l’an prochain en F1.

Selon nos informations, le pilote russe de 22 ans bénéficierait d’un budget d’environ 15 millions $ pour obtenir ce deuxième baquet convoité, ce que son rival polonais est incapable d’égaler.

Le départ de Daniil Kvyat, qui s’est vu montrer la porte par l’écurie Toro Rosso après le Grand Prix des États-Unis, à Austin, en octobre dernier, laisse donc le plateau de F1 sans représentant de la Russie, ce que le pays, organisateur d’un Grand Prix à Sotchi, voit d’un mauvais œil.

Or, des entreprises locales seraient prêtes à investir les sommes nécessaires pour convaincre Williams de le recruter en 2018.

Sirotkin a occupé un rôle de pilote d’essai pour l’écurie Renault en 2017. Williams l’avait aussi convié, comme Kubica, à deux jours d’essais privés après le Grand Prix d’Abou Dabi.

Troisième pilote

Selon des sites spécialisés en Europe, Sirotkin a été aperçu mardi à l’usine de Williams, en Angleterre, avant d’être suivi par Kubica le lendemain.

Le Polonais de 33 ans tente, lui, un retour en F1 après avoir subi en 2011 un sérieux accident en rallye, où il a failli perdre l’usage de son bras droit. Après maintes opérations, il a pu reprendre le volant, même si certains de ses mouvements dudit bras sont limités.

Williams, selon d’autres informations, pourrait embaucher Kubica comme titulaire et faire appel aux services de Sirotkin à titre de troisième pilote.

Si le Polonais, dont la seule victoire en F1 a été remportée à Montréal en 2008, ne donne pas satisfaction à son employeur, le Russe pourrait être appelé à prendre la relève à tout moment l’an prochain.

Les noms de Paul Di Resta, Pascal Wehrlein et Kvyat avaient aussi circulé pour remplacer Massa, mais ils ne font plus partie du portrait.

Vingt et une courses en 2018

Le coup d’envoi de la nouvelle saison sera donné le 25 mars prochain à Melbourne, en Australie.

Le Conseil mondial de la Fédération internationale de l’automobile (FIA), réuni mercredi à Paris, a entériné le calendrier de la saison 2018 de F1, qui comportera 21 escales comme il y a deux ans.

On souligne le retour des Grands Prix d’Allemagne et de France (combiné au retrait de la Malaisie), et, fait exceptionnel, les engagés en F1 auront un début d’été fort chargé puisque trois épreuves (France, Autriche et Grande-Bretagne) seront présentées sur trois fins de semaine consécutives.

Enfin, la FIA a dévoilé les dates des essais hivernaux, prévus au circuit de Barcelone. Comme d’habitude, les pilotes auront huit jours pour se familiariser avec leur nouvelle monoplace, soit du 26 février au 1er mars et du 6 au 9 mars 2018.