SPO-GP3R-NASCAR-PINTY

Crédit : Andréanne Lemire/Agence QMI

Course Automobile

Une combinaison gagnante pour Marc-Antoine Camirand

Publié | Mis à jour

Marc-Antoine Camirand disputera l’intégralité des 13 épreuves de la série NASCAR Pinty’s en 2018 dans l’espoir de se battre avec les principaux animateurs de la spécialité.

Le résident de Saint-Léonard-d’Aston, l’un des pilotes les plus doués de sa génération, a confirmé mercredi la nouvelle qui fut d’abord annoncée en primeur par Le Journal de Montréal la semaine dernière.

Ce volant «clé en main» est une marque de confiance de la part du concessionnaire GM Paillé de Berthierville dont le partenariat, entrepris il y a deux ans sur une base partielle, avait donné des résultats prometteurs.

Cette fois, on passe aux choses sérieuses. Dans le but précis non seulement de viser une première victoire dans la série canadienne, un exploit qu’il est venu bien près de réussir l’an dernier à deux reprises, mais aussi de conquérir le titre.

«L’objectif, a avoué le pilote de 38 ans, c’est de me battre avec les meilleurs.»

Le talent ne suffit pas

Comme le talent ne suffit pas en course automobile, il faut des appuis. Et là, Camirand a frappé dans le mille.

Cette association avec le plus important concessionnaire GM au pays et l’équipe ontarienne de Stock Steckly, qui a appris à gagner des championnats, ravive ses espoirs comme jamais.

«Sans se mettre de la pression, poursuit-il, on a des chances de remporter les grands honneurs. Je n’ai plus d’excuses. Nous formons une combinaison gagnante.»

Camirand est né juste un peu trop tard. Dans l’ombre des Jacques Villeneuve, Greg Moore, Patrick Carpentier, Alexandre Tagliani, Bertrand Godin et autres, il aurait été le suivant à bénéficier du soutien de la filière Player’s avant que le cigarettier ne soit forcé de mettre un terme à son programme de développement des jeunes espoirs canadiens en raison de la loi antitabac.

Qui sait, c’est peut-être à un champion de la série IndyCar à qui on aurait pu s’adresser mercredi à Berthierville.

C’est avec la conscience tranquille qu’il aborde la nouvelle saison.

«Pour une rare fois, raconte Camirand, je sais à quoi m’attendre à ce temps-ci de l’année. J’ai roulé avec de bonnes équipes, mais c’était souvent des ententes de dernière minute. L’aspect financier n’est plus un enjeu pour moi.»

Un papa fier

Dans le coin de la salle, Jean-Guy Camirand cachait mal ses émotions.

«S’il y a un pilote qui le mérite, c’est bien lui, a souligné fièrement le paternel. C’est un tournant dans sa carrière. J’ai une petite déception, celle de perdre mon pilote avec qui j’ai connu tellement de bons moments, surtout au Grand Prix de Trois-Rivières. Mais, c’est la récompense ultime. Il est entre bonnes mains.»

«Ce qui nous anime, Marc-Antoine et nous, c’est la passion, a pour sa part affirmé Jean-Claude Paillé, président de GM Paillé. On voulait la partager avec lui. Il a été un ambassadeur hors pair pour notre entreprise. Si nous avons choisi de renouveler notre entente, et pour la saison au complet, c’est qu’il était le candidat idéal pour faire rayonner notre bannière.»