Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens

Geoff Molson : une voix cruciale aux rencontres des gouverneurs

Une chronique de Renaud Lavoie / Journal de Montréal

Publié | Mis à jour

À compter de jeudi, les gouverneurs de la LNH se rencontreront dans un hôtel de Palm Beach pour discuter de points importants qui touchent l’avenir de la ligue.

Cette rencontre de deux jours coïncidera avec le premier anniversaire de la nomination de Geoff Molson au comité exécutif de la LNH.

Ce prestigieux comité de 10 propriétaires (le 11e est le commissaire Gary Bettman) doit faire des recommandations aux autres gouverneurs concernant des sujets comme les finances, des changements dans les règles du jeu ou encore sur l’approbation ou non de la vente d’une équipe.

Un des dossiers les plus chauds qui s’est retrouvé sur la table au cours de la dernière année est celui de la participation des joueurs aux Jeux olympiques en Corée du Sud.

Discussions

On savait que les propriétaires de la LNH n’étaient pas très chaud à l’idée que les joueurs participent aux JO, mais ça ne veut pas dire que le comité exécutif de la ligue n’a pas tenté de trouver un terrain d’entente.

«Ce fut une longue discussion, souligne Molson. Gary Bettman et Bill Daly ont passé beaucoup de temps avec la Fédération internationale de hockey sur glace, le Comité international olympique et l’Association des joueurs pour trouver une solution. De mon côté, je ne voulais pas empêcher un joueur de représenter son pays.

«Mais je ne suis pas aussi passionné que ça pour aller contre les propriétaires, qui, majoritairement, étaient contre, et je les ai appuyés.»

Il faut donc comprendre que si la LNH avait accepté que les joueurs représentent leurs pays - même si la ligue n’avait pas interrompu ses activités pendant deux semaines -, le propriétaire du Canadien ne se serait pas opposé au départ de Carey Price pour Pyeongchang, si ce dernier avait voulu jouer pour Équipe Canada.

Responsabilités

Si Geoff Molson fait partie du comité exécutif de la LNH, ce n’est pas un simple hasard. Lors des rencontres des gouverneurs, ses intérêts personnels n’ont jamais été sa priorité. Mais le fait que le propriétaire du Canadien fasse partie des décideurs les plus importants de la ligue n’est quand même pas banal.

«C’est plus de responsabilités pour moi de faire partie du comité exécutif. C’est toutefois plus intime parce que nous ne sommes qu’une dizaine et on fait nos recommandations aux autres gouverneurs. C’est important d’avoir une voix dans ce comité, mais ça ne peut pas être une voix qui pense uniquement aux intérêts du Canadien.

«C’est pour cette raison que les autres propriétaires m’ont nommé, parce que je suis objectif. Je veux gagner à tout prix comme propriétaire du Canadien, mais je ne veux pas utiliser ce rôle pour améliorer la situation de notre équipe ou pour y effectuer un changement qui la favoriserait.»

Le dossier des Hurricanes

Évidemment que le dossier des Hurricanes sera sur toutes les lèvres lors de la réunion des gouverneurs cette semaine. On pourrait bien en savoir plus sur les intentions du propriétaire de l’équipe, Peter Karmanos, qui a un acheteur potentiel en Thomas Dundon, un riche homme d’affaires du Texas.

Reste qu’il y a d’autres acheteurs potentiels et il faudra évidemment que la LNH trouve celui qui acceptera de garder l’équipe en Caroline. Une chose est certaine, ce dossier représente une épine dans le pied de la LNH, qui aimerait bien trouver une solution à long terme pour les Hurricanes alors que Gary Bettman déteste voir une équipe déménager. Sans oublier que l’incertitude est le pire ennemi d’une franchise.

Non seulement les Hurricanes ne gagnent pas, mais en plus, les rumeurs de déménagement font en sorte que les partisans n’ont pas le goût d’encourager cette formation.

Est-ce que ce dossier se réglera rapidement ? C’est en tout cas l’objectif de la LNH.

Vers une nouvelle expansion?

Le conseil municipal de Seattle devrait approuver aujourd’hui un projet de 660 millions $ pour la rénovation du KeyArena, ce qui va relancer le débat d’une expansion dans la LNH.

Houston pourrait aussi avoir un intérêt et il est évident que Québec n’a pas abandonné le projet. Si Gary Bettman relance le processus d’expansion dans un avenir plus ou moins rapproché, il y aura un nouveau prix associé à l’achat d’une nouvelle franchise et ce sera entre 600 millions et 700 millions $.

Bien des gens croyaient que Bill Foley avait payé trop cher en faisant un chèque de 500 millions à la LNH pour amener une franchise à Las Vegas. Il semble bien que c’était une aubaine.

Du nouveau bientôt?

Le Canadien vient de signer cinq victoires consécutives, mais on oublie que l’attaquant Artturi Lehkonen a raté les 10 derniers matchs en raison d’une blessure au bas du corps.

Lehkonen pourrait bien recommencer à patiner au cours des prochains jours et un retour au jeu en décembre est dans les plans si la blessure guérit comme prévu.

Pour ce qui est du gardien Al Montoya, il souffre toujours d’une commotion cérébrale et il n’a pas recommencé à patiner. Ales Hemsky pourrait aussi rejoindre ses coéquipiers à l’entraînement au cours des prochains jours, lui qui patine en solitaire présentement. Il est absent depuis le 20 octobre en raison, lui aussi, d’une commotion cérébrale.

Mete en mission

Victor Mete n’est pas fou. Il sait très bien qu’il pourrait être renvoyé au niveau junior ontarien au cours de la saison ou encore prêté à l’équipe canadienne en vue du Championnat du monde junior.

Mete a l’intention de forcer la main de la direction du Tricolore avec son jeu pour s’assurer de poursuivre sa saison à Montréal et non au niveau junior.

Marc Bergevin a jusqu’au 19 décembre pour décider s’il prête ou non son jeune défenseur de 19 ans à la formation canadienne. Mais avec la façon dont Mete joue présentement, il sera difficile à déloger, lui qui a une fiche de +10 à ses 13 derniers matchs.

Face à des équipes lourdes, il pourrait bien passer son tour, mais contre des équipes qui basent leur jeu sur la finesse, Mete va demeurer un atout important pour le Canadien.

La chronique de Renaud Lavoie a été pubilée dans le «Journal de Montréal» de lundi.