Impact

Hassoun Camara annonce sa retraite

Agence QMI / Benoît Rioux

Publié | Mis à jour

Visage important dans l’histoire de l’Impact, Hassoun Camara a versé des larmes au moment d’annoncer officiellement sa retraite sportive, mardi, lors d’une conférence de presse tenue au Centre Nutrilait, à Montréal.

«Le football, ça restera ma vie et j’ai toujours envie de jouer», a-t-il notamment laissé tomber en s’adressant aux journalistes.

À 31 ans, Camara se retrouve poussé à accrocher ses crampons, lui qui a été victime de nombreuses commotions cérébrales, dont trois sévères au cours de la récente saison.

«J’ai des pressions à la tête très souvent, des sentiments de nausées, a ensuite confié le Français d’origine sénégalaise, lors d'une entrevue individuelle avec l'Agence QMI. Le fait de vouloir faire des activités et d’être freiné par des maux de tête, c’est quelque chose de très difficile. C’est très aléatoire aussi. Il y a des jours où ça va et d’autres, moins.»

«Il y a aussi le fait de ne pas se rappeler de certaines choses alors que 20 secondes avant, on s’en souvenait. Ce sont des choses qui marquent et qui sont difficiles.»

Le temps est venu pour Camara de se reposer et de prendre soin de lui. Pour l’aider, il continuera de compter sur le Dr Scott Delaney, médecin-chef de l’Impact, avec lequel l’athlète conserve le contact.

«C’est là qu’on voit la nature des vraies relations et j’ai vraiment de la chance d’être dans ce club qui m’offre vraiment tous les moyens pour ne plus avoir de symptômes et pour revenir au "top" au niveau de la santé», a mentionné Camara, qui compte s'établir à Montréal.

Pas question de faire semblant

Au cours de la dernière saison, il y a eu des palpitations et des vomissements, tantôt à la maison, tantôt au centre d’entraînement. Même durant les rencontres, Camara en perdait des bouts.

«Dans certaines actions, j’avais l’impression d’avoir le ballon, j’étais sûr que je l’avais et finalement, je ne l’avais pas», a-t-il décrit.

C’est aussi pour cette raison que le défenseur a décidé de passer à autre chose.

«Ce serait prendre des risques très importants de continuer et je n’ai pas envie de tricher sur le terrain, a noté Camara. Je n’ai pas envie de me cacher, de faire semblant que tout va et de ne pas aller à 100% au duel. C’est quelque chose qui ne colle pas avec ma nature.»

«De jouer et sentir qu’on est au ralenti, c’est quelque chose qui est très difficile et c’est très troublant aussi. C’est le contraire de la volonté du sport de haut niveau. On doit se prouver qu’on est au niveau et qu’on peut progresser. Mais là, il y a quelque chose qui va à contre-sens.»

Fier de son parcours

Malgré sa retraite sportive à un jeune âge, Camara conclut sa carrière à titre de meneur pour le nombre de départs dans l’histoire de l'Impact en Major League Soccer (MLS), soit 124. Il domine aussi pour le nombre de minutes de jeu (10 979). Camara a disputé sept saisons au total à Montréal, étant élu joueur par excellence de l’Impact à l’issue de sa première saison en NASL en 2011, avant le passage de l’équipe en MLS.

«C’est sûr que j’aurais préféré que ça se passe avec un au revoir sur le terrain, mais à la fin, je ne peux que faire preuve de gratitude, a prononcé Camara. De regarder ce que j’ai fait, c’est vraiment une chance et je suis fier du parcours accompli.»