DM coupe vanier-01

Crédit : Daniel Mallard/Agence QMI

Football universitaire RSEQ

Triomphe à saveur québécoise

Publié | Mis à jour

Les Québécois des Mustangs se trouvaient dans un état second après le match.

Pas moins de 11 joueurs originaires du Québec s’alignent avec les champions de l’Ontario.

«C’est indescriptible ce que je ressens, a raconté le secondeur Jean-Gabriel Poulin qui est natif de Saint-Nicolas. Je me sens tellement bien. On a tellement mis d’efforts et on s’est dédié à la cause qu’on savait qu’on serait intouchables. On n’a pas eu d’opposition de l’année et on savait qu’on n’en aurait pas plus à la Coupe Vanier.»

«C’est le plus beau sentiment au monde de battre Laval, poursuit le produit des Cheetahs de Vanier. J’ai beaucoup, beaucoup de respect pour le programme de Laval. Les joueurs et les entraîneurs sont des gentilshommes.»

Ligne offensive intraitable

Grégoire Bouchard et ses potes de la ligne offensive ont été intraitables. «Parce qu’on se prépare pour ça depuis janvier, je ressens un grand sentiment de réussite, a souligné le gaillard de Saguenay. Le travail a payé. C’est très spécial de battre Laval qui est le programme que je regardais quand j’ai grandi.»

«La ligne défensive n’a pas été un facteur, poursuit Bouchard. On a créé du mouvement sur eux en étant capables de courir à l’intérieur. On a toujours été en contrôle du match. Nous avons quatre porteurs extraordinaires et nous avons gardé les choses simples. C’est du bonbon pour un joueur de ligne offensive de courir aussi souvent le ballon. On voulait les fatiguer. Je suis très fier de notre défensive qui n’a accordé que dix points si on oublie le touché en fin de match.»

Alex Taylor a été le meilleur porteur avec des gains de 150 verges en 26 courses.

Auteur de deux touchés hier, pour un total de 12 en séries éliminatoires, et de gains de 63 verges en 14 courses, Cedric Joseph savourait le moment. « Nous avons gagné la bataille de la ligne de mêlée et notre ligne offensive a fait tout un travail, a mentionné le porteur de ballon montréalais. C’est très spécial de battre Laval. »

Alors qu’il s’alignait pour les Cougars du collège Champlain, le père de Joseph a affronté Glen Constantin qui, lui, portait les couleurs des Condors de Beauce-Appalaches.

Pas surpris du résultat

Joueur par excellence du match, Chris Merchant n’était pas surpris de la tournure des événements. « Au point de presse, jeudi, j’avais dit que nous étions la meilleure équipe au pays et c’est ce que nous avons démontré, a mentionné le pivot de troisième année. Il suffisait que je mette la balle dans les mains de nos bons athlètes. J’ai aussi profité des couvertures homme à homme pour réussir quelques bonnes courses. »

«C’est incroyable le travail de notre ligne offensive qui a ralenti Mathieu Betts et neutralisé les autres joueurs de ligne défensive, poursuit Merchant. La victoire leur revient. Je les aime.»

«Ils méritent totalement leur victoire»

L’offensive du Rouge et Or n’a jamais été en mesure de prendre son rythme à l’exception de deux séries au deuxième quart.

«Ils ont été dominants et ils méritent totalement leur victoire, a résumé le coordonnateur offensif Justin Éthier dont l’attaque n’a récolté que 277 verges. L’effort était là, mais on n’a pas été en mesure de prendre notre rythme et tous auraient pu faire mieux. Ce ne fut pas évident de perdre des receveurs en première demie, mais ce n’est pas ça qui a fait la différence.»

Les ailiers espacés Alexandre Savard et Marc-Antoine Pivin ont quitté après avoir été plaqués à la tête au deuxième quart. Les officiels ont décerné une punition de rudesse à chaque occasion.

«Un geste flagrant»

Après le plaqué de Jesse McNair contre Pivin, Glen Constantin a discuté avec l’officiel, lui rappelant que Kevin McGee qui était à ses côtés avait écopé d’une suspension de trois parties pour un geste moins flagrant. « L’officiel avait la possibilité d’expulser le fautif s’il jugeait qu’il avait l’intention de blesser ou avait commis une rudesse excessive, a mentionné l’entraîneur-chef du Rouge et Or. C’était un geste flagrant. Les appels sont inconsistants.»

Hugo Richard a aussi salué la prestation des Mustangs. «Ils ont mieux joué que nous et ils ont été plus intenses, a souligné le pivot du Rouge et Or qui a complété 21 de ses 35 passes pour 235 verges et a été victime de quatre sacs. L’équipe qui la voulait le plus a gagné.»

«On est sorti à plat. On voulait connaître un bon départ et ne pas se creuser un trou. J’ai gardé le ballon trop longtemps au premier quart en voulant trop en faire et il y a eu des passes échappées par la suite. On n’a pas été en mesure de réussir de gros jeux.»