Crédit : ANNIE T. ROUSSEL/JOURNAL DE QUEB

Red Bull Crashed Ice

Le Red Bull Crashed Ice boude une fois de plus Québec

Publié | Mis à jour

Le Red Bull Crashed Ice a dévoilé sa programmation 2018 et Québec n’en fait pas partie. L’organisation a préféré la ville d’Edmonton pour présenter sa finale.

Pour une deuxième année d’affilée, les patineurs extrêmes ne dévaleront pas une piste dans les rues de la Vieille Capitale.

«La décision a été prise d’aller à Edmonton pour une deuxième année sur la base du succès qu’ils avaient eu. Sur le fait aussi qu’ils étaient dans l’est l’an dernier à Ottawa», a affirmé Patrice Drouin de Gestev qui agira comme producteur pour l’événement d’Edmonton.

«C’est un bon choix. Ce sont des alternances logiques. C’est la décision de Red Bull et nous sommes derrière eux pour le produire».

Bonne relation

L’an dernier, Gestev avait mentionné qu’elle ferait tout pour ramener la compétition à Québec.

«Ils ont toujours Québec dans la mire pour les prochaines années. Mais, il n’y a rien qui dit quand. C’est juste une question de temps, j’imagine, dans les plans de Red Bull», a dit M. Drouin qui est présent mercredi à Edmonton avec les gens de Red Bull.

«Je suis fier de produire l’événement d’Edmonton. C’est une bonne nouvelle. À Québec, on n’a pas réussi, mais c’est une propriété de Red Bull», a indiqué Patrice Drouin, relatant qu’il s’agissait d’une belle carte de visite pour Gestev et que la relation avec Red Bull était excellente.

«Notre client, c’est Red Bull, on travaille pour eux. On produit l’événement où ils décident de le tenir (...) Ils font travailler une entreprise de Québec, alors c’est fantastique. Ils nous font confiance».

Dernière visite

La dernière visite du Red Bull Crashed Ice à Québec a eu lieu en 2015, alors que l’organisation y avait ouvert sa saison. «C’est certain que je croyais qu’il allait revenir à Québec. Il va y ravoir le Crashed Ice un jour, c’est assuré», a mentionné M. Drouin.

Une épreuve de la division inférieure, la Riders Cup, aura lieu dans la Ville de La Sarre, en Abitibi-Témiscamingue.