Ben Roethlisberger

Photo : Ben Roethlisberger Crédit : AFP

NFL

Une fâcheuse tendance chez les Steelers

Publié | Mis à jour

Auteurs d’une fiche de sept victoires et deux défaites, les Steelers sont très bien positionnés dans la course pour les séries, au sein d’une conférence américaine qui manque de lustre. Il n’en demeure pas moins que cette équipe a le don de jouer inutilement avec les fréquences cardiaques de ses partisans!

L’adage qui dit qu’il n’y a jamais de match facile dans la NFL s’applique particulièrement bien aux Steelers. Ceux-ci viennent de vaincre de peine et de misère les Colts, qui figurent parmi les parents pauvres du circuit.

Dès le premier week-end de la saison, ces mêmes Steelers étaient passés à un cheveu de se faire surprendre par plus pauvres encore, les Browns! Et l’une des deux défaites, cette saison, a été encaissée aux mains des Bears, dans un duel que les Steelers auraient dû gagner haut la main.

Ce n’est pas une anomalie, mais plutôt une fâcheuse tendance qui colle à la peau des Steelers, année après année.

Face aux Titans

Bref, difficile de savoir à quoi s’attendre pour le match de jeudi soir, face aux Titans. Ces derniers voguent sur une séquence de quatre victoires, mais face à des clubs de deuxième ordre.

Les Steelers semblent dans le même moule, eux qui ont été limités à 20 points ou moins dans quatre de leurs cinq derniers matchs. Ils surfent eux aussi sur une séquence heureuse de quatre victoires, mais avec la pléiade de munitions dont ils disposent, il y a lieu de se questionner sur leur manque évident de punch offensif.

Après une première demie désastreuse face aux Colts, Ben Roethlisberger a retrouvé son aplomb des beaux jours en terminant le match avec 12 passes complétées en 16 tentatives pour 162 verges et deux touchés en deuxième demie.

C’est peut-être enfin la séquence qui fera débloquer pour de bon le costaud quart-arrière qui, à sa défense, n’est pas appuyé par un jeu au sol aussi productif que par les années passées.

Meilleurs vers la fin

Une chose est certaine cependant. Contrairement à plusieurs équipes, les Steelers savent habituellement appuyer sur l’accélérateur au bon moment.

L’an passé, la bande de Mike Tomlin avait conclu sa saison avec sept victoires de suite. Lors des trois saisons précédentes, les Steelers ont bouclé la deuxième moitié de saison avec un dossier de 6-2. En quatre ans, ils ne comptent que deux petites défaites en décembre, quand plusieurs autres commencent à geler des pieds et des doigts.

Il ne serait donc pas étonnant de les voir encore terminer en force avec seulement deux matchs sur la route d’ici la fin du calendrier et un seul adversaire redoutable (Patriots) au programme.