SPO-SOCCER-IMPACT

Crédit : CAPTURE D'ÉCRAN TVA SPORTS/AGENCE QMI

Impact

Pantemis, un futur numéro 1

Pantemis, un futur numéro 1

Nicolas Martineau

Publié 13 novembre
Mis à jour 13 novembre

C’était écrit dans le ciel: James Pantemis est officiellement membre de l’Impact de Montréal. La vie du Montréalais ne changera pas outre mesure, puisqu’il a passé la dernière année à s’entraîner aux côtés des Crépeau, Bush, Kronberg et Jack Stern.

D’ailleurs, l’ancien entraîneur des gardiens de l’Impact et du FC Montréal ne tarit pas d’éloges à son endroit. Pantemis n’a que 20 ans, mais son avenir est plus que prometteur.

«Il est un joueur avec un talent spécial. Je serais très surpris qu’il ne soit pas un gardien numéro un dans la MLS, potentiellement même en Europe. Il a ce genre de talent», me résume Jack Stern, au téléphone.

Après avoir subi une déchirure ligamentaire au mois de juin 2016, Pantemis a été opéré. Contraint de se reposer pendant plusieurs mois, l’Impact a tout de même décidé d’inviter le gardien de Pierrefonds au camp d’entraînement, en janvier 2017. À partir de ce moment, il n’a plus quitté le giron de la première équipe.

Sans même disputer un match en 2017, le portier de 6 pieds et 2 pouces a convaincu le nouveau sélectionneur du Canada, Octavio Zambrano, à faire appel à lui au mois de juin. Pantemis a fait ses classes au sein du programme canadien, ayant joué avec les U15, U16, U17, U18 et U20. Il est maintenant un membre de l’équipe nationale sénior.

«Il a un talent spécial. D’une part, il a des habiletés particulières, mais c’est surtout la façon dont il s’entraîne qui est impressionnante», affirme Stern.

Même son de cloche du côté d’Evan Bush, actuel gardien de but de l’Impact. En septembre, alors que Pantemis avait été invité à s’entraîner à Bologne, en Italie, Bush avait lancé des fleurs au jeune gardien.

«Il a des attributs exceptionnels. Sa technique est fantastique. Que son futur soit ici ou ailleurs, il n’y a aucun doute qu’il va réussir.»

Mais la qualité première de Pantemis est assurément la qualité la plus importante pour un gardien de but : il trouve le moyen de stopper les tirs.

«Sa vitesse de réaction est exceptionnelle, ajoute Stern. Il arrête les tirs avec ses pieds, ses mains, sa tête... il est un gardien de but moderne. Il n’y a pas grand chose de négatif à dire.»

En fait, tout ce qui manque à James Pantemis en ce moment, selon Jack Stern, c’est de l’expérience de matchs. Difficile de savoir à quel moment le Montréalais aura sa chance devant le filet, puisque même Maxime Crépeau se bat pour des minutes depuis sa signature en équipe première en 2013. Crépeau n’a disputé que 270 minutes de jeu en MLS.

Stern n’est pas amer

Jack Stern fait partie des victimes collatérales au congédiement de Mauro Biello. S’il espérait être épargné, le sympathique britannique n’est pas amer de la tournure des événements. Il n’a que de bons mots à dire à l’endroit de l’Impact de Montréal.

Le Britannique avait été nommé entraîneur des gardiens de but au début de l’année, après s’être occupé des cerbères du FC Montréal pendant deux ans. Stern s’était amené à Montréal pour l’amour, alors que sa conjointe travaille dans la métropole québécoise. Avant de s’installer ici, Stern occupait un poste au centre de formation de West Brom, en Angleterre.

Véritable bourreau de travail, Stern ne restera pas sans emploi très longtemps.

L’homme de 29 ans annoncera son prochain club au cours des prochaines semaines.