Canadiens

L’équipe de Carey Price; Charlie Lindgren le sait

Agence QMI / Jean-François Chaumont

Publié | Mis à jour

Charlie Lindgren ne se berce pas d’illusions. Même s’il se retrouve maintenant dans le rôle de la nouvelle coqueluche des partisans du Canadien, il sait ce qui l’attend d’ici les prochains jours ou les prochaines semaines.

« C’est assez évident, quand Carey reviendra, ce sera encore l’équipe de Carey, a dit l’Américain de 23 ans. Mais quand je me retrouve devant le filet, je me sens bien et je sais que je peux offrir une chance de gagner à l’équipe. »

Lindgren restera encore une fois devant le filet du CH pour la visite des Blue Jackets de Columbus, mardi soir, au Centre Bell. Le gardien originaire de Lakeville au Minnesota en sera à un cinquième départ d’affilée.

« Je sais que Carey est encore blessé et je ne me pose pas trop de questions, a répliqué Lindgren. Je montre que je peux jouer dans la LNH, je gagne en confiance à chacun de mes départs. »

Les éloges

Depuis son rappel du Rocket de Laval, Lindgren s’est attiré un concert d’éloges en présentant un dossier de 3-1-0 avec une moyenne de 1,24 et un taux d’efficacité de ,964. À l’intérieur du vestiaire, il a aussi reçu les bons mots de ses coéquipiers.

« Charlie est une étoile montante, avait dit Phillip Danault après la victoire de 2-1 contre les Sabres de Buffalo, samedi, à Montréal. Il n’a pas fini de montrer de belles choses. »

Max Pacioretty a aussi répété au moins à cinq ou six reprises qu’il aimait l’esprit de battant de son jeune coéquipier. Dès qu’il reçoit une question au sujet de Lindgren, le capitaine n’hésite pas une seule seconde à parler en bien de lui.

Coéquipier de Lindgren l’an dernier avec les IceCaps de St. John’s dans la Ligue américaine, Charles Hudon n’est pas renversé par cette belle histoire.

« Je ne suis pas surpris de Charlie, a souligné Hudon. Il est un compétiteur né, il cherche toujours à devenir le meilleur. Je lui lance souvent des défis lors des entraînements et il ne veut jamais perdre. Il a une très bonne attitude, c’est un battant. Il arrive à l’aréna avec le sourire, il est là pour travailler. »

En conférence de presse, Claude Julien a aussi glissé quelques mots sur son gardien de 23 ans.

« J’aime son niveau de compétition, a mentionné l’entraîneur en chef. Il a confiance en lui et en ses habiletés. Il a une bonne attitude et il n’est pas intimidé par le niveau de jeu de la LNH. Charlie est aussi une personne très humble. »

Peu de détails

Selon le collègue Renaud Lavoie, Price souffrirait d’une blessure à la jambe droite. Absent depuis le 4 novembre contre les Jets à Winnipeg, le numéro 31 a encore une fois travaillé avec Stéphane Waite avant l’entraînement de ses coéquipiers.

Price a participé à différents exercices pendant près de 30 minutes, mais il a quitté la glace avant le début de l’entraînement complet. Le CH n’a toujours pas dévoilé la nature exacte de son malaise, jouant encore une fois de prudence dans ce dossier.

« Il a patiné aujourd’hui, c’est ce qu’il fait dernièrement, a répondu Julien. La seule chose que je peux dire, c’est qu’il continue à s’entraîner et à se préparer. Mais tant qu’il n’est pas avec nous pour un entraînement, je ne peux pas m’aventurer sur son retour. Il travaille tous les jours pour revenir en forme et se rétablir de sa blessure. On espère que ce sera le plus rapidement possible. »

Au départ, le Tricolore parlait d’une blessure mineure et d’une évaluation quotidienne dans le cas de Price. Le quotidien se traduit maintenant par une dizaine de jours.

Questionné à savoir si le brio de Lindgren offrait le luxe à l’équipe d’être plus patiente avec Price, Julien a refusé d’y voir un lien.

« Non, ce n’est pas un facteur, a répliqué Julien. Quand Carey Price sera prêt, il sera prêt. La façon dont Charlie joue ne fait pas partie de l’équation. »