Impact

Garde, axé sur l’entraînement et le développement

Publié | Mis à jour

L’arrivée de Rémi Garde à Montréal signifie bien plus que l’avènement d’une nouvelle philosophie de jeu.

Le nouvel entraîneur de l’Impact aime bien promouvoir de jeunes joueurs, faire d’eux des professionnels. C’est un aspect de son travail qui a marqué son passage avec l’Olympique lyonnais, il y a quelques années.

C’est surtout un entraîneur qui accorde énormément de valeur aux séances d’entraînement.

«C'est un raisonnement assez simple, a-t-il indiqué, jeudi, à "l'Impact cette semaine". Pourquoi, le samedi, on serait capables de faire des choses assez techniques, tactiques ou physiques qu'on n'a pas répétées à l'entraînement? »

«À Lyon, on m'a confié une mission qui était d'entraîner des plus jeunes joueurs qui avaient certes déjà un potentiel et qui étaient encadrés par d'autres joueurs, mais beaucoup d'entre eux n'avaient jamais joué, a-t-il expliqué. Je me suis aperçu qu'au travers des séances d'entraînement, la répétition sur trois mois, six mois, on voit des joueurs progresser au travers des entraînements. On progresse beaucoup en match, mais on peut aussi beaucoup progresser à l'entraînement.»

Du recrutement en Europe?

Rémi Garde devra travailler à améliorer l’effectif de l’Impact au cours de la saison morte. Certains joueurs, à commencer par le nouveau retraité Patrice Bernier, ne seront pas de retour en 2018.

Serait-il tenté d’élargir la filière française de l’Impact? Il va certainement regarder de l’autre côté de l’Atlantique afin d’améliorer l’équipe, et pas seulement en France.

«Je pense qu'en Europe, ça peut aussi être la Belgique, le Portugal, les pays scandinaves, il y a de la prospection importante à faire. Il peut y avoir de bons joueurs», a-t-il souligné.

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.