Crédit : Geoff Burke-USA TODAY Sports

MLS

Jesse Marsch croit en l’avenir des Red Bulls

Publié | Mis à jour

Confirmé à la barre des Red Bulls de New York pour la saison 2018, l’entraîneur-chef Jesse Marsch s’est montré optimiste lors du bilan de fin de saison de l’équipe de la Major League Soccer (MLS).

«Cette campagne a été mon plus grand défi en carrière», a suggéré Marsch, d’entrée de jeu, notant que les Red Bulls comptaient sur plusieurs jeunes joueurs dans ses rangs.

«Chaque club dit croire en ses jeunes, mais ce ne sont pas toutes les équipes qui investissent et qui leur font confiance comme nous le faisons», a par ailleurs noté celui qui a déjà été à la barre de l’Impact de Montréal, en 2012.

Après avoir conservé une fiche de 14-12-8 cette saison, les Red Bulls ont écarté le Fire de Chicago au premier tour éliminatoire. Ils ont ensuite perdu contre le Toronto FC en demi-finale de l’Association Est. Avec une égalité de 2-2 au total des buts après les deux rencontres opposant ces formations, c’est la règle des filets inscrits à l’étranger qui a favorisé l’équipe torontoise.

«Nous allons y arriver, je n’ai aucun doute, a suggéré Marsch, à propos d’une future conquête de la coupe MLS. Je suis plus encouragé présentement que je ne l’ai jamais été.»

Lors de cette saison 2017, le vétéran Bradley Wright-Phillips a évidemment été le meilleur buteur des Red Bulls, avec 17 réalisations.

Parmi les jeunes en éclosion, le milieu de terrain Alex Muyl, 22 ans, a inscrit trois buts tandis que Tyler Adams, qui a seulement 18 ans, a déjà marqué ses deux premiers buts en carrière dans la MLS. Adams a par ailleurs disputé les trois rencontres éliminatoires des Red Bulls.

Se relever les manches

La fin de saison des Red Bulls a de quoi procurer de l’espoir aux partisans de l’équipe.

En mai dernier, pendant que son équipe n’arrivait pas à remporter la moitié de ses parties (fiche de 5-6-1), Marsch avait pris le blâme.

«Ça retombe sur mes épaules, puisque c’est mon travail de préparer tout le monde et de m’assurer que nous soyons nous-mêmes sur le terrain, peu importe si nous gagnons ou non, avait-il mentionné. Je dois trouver les solutions, les bonnes combinaisons. Il faut identifier les gars sur lesquels nous pouvons compter et je dois défier davantage chaque joueur pour qu’il ait confiance en ses moyens.»

Force est d’admettre que Marsch s’est relevé les manches, venant tout près d’aider son club à causer la surprise contre le Toronto FC. Ce sera peut-être pour l’an prochain.