Marc-André Barriault

Crédit : Le Journal de Québec

UFC

À la porte de l’UFC

Publié | Mis à jour

Après Patrick Côté à ses débuts en 2004 et Jonathan Meunier depuis 2016, un troisième combattant établi à Québec pourrait se frayer un chemin dans l’octogone de l’UFC. La plus prestigieuse organisation internationale de combats d’arts martiaux mixtes observe de près Marc-André Barriault.

L’athlète de 27 ans se mesurera au Serbe Strahinja Gavrilovic (7-4), le 8 décembre au Centre Bell, pour l’obtention du titre vacant des poids moyens (185 lb), dans le cadre du gala TKO 41. TKO est l’antichambre dans laquelle plusieurs combattants québécois, dont Georges St-Pierre, ont fait leurs classes avant de faire le saut en UFC.

Barriault (8-1) pourrait aussi être la vedette d’une autre carte présentée au Centre Vidéotron, le 23 février.

Depuis sa victoire à son dernier combat, le 8 septembre, contre Todd Stoute, il semble que ses chances d’aller rejoindre l’élite de son sport ne cessent de croître.

« Je pense que ça va se faire très prochainement, s’est prononcé Barriault. Plus les choses avancent et plus je constate que je suis rendu là. On sent l’intérêt de l’UFC. Ils me disent qu’ils ont les yeux rivés sur moi. D’ici les six prochains mois, c’est très plausible. »

De Gatineau à Québec

C’est à Gatineau que Barriault a grandi et c’est sur les terrains de football à l’école secondaire qu’il s’est découvert une grande affinité pour le contact.

« J’ai vite développé un instinct pour le contact physique et la rudesse, mais je savais que je n’étais pas fait pour les sports d’équipe, où tu ne peux pas contrôler entièrement le résultat d’un match », se remémore-t-il.

À l’époque, l’école Arts martiaux Patenaude était en construction et Barriault s’y est présenté avant même la fin des travaux. Sous la férule de son entraîneur et mentor Patrick Marcil, il a appris les rudiments de son sport lors de combats inter-écoles, avant de faire le saut chez les amateurs.

En 2012, afin de poursuivre ses études collégiales en diététique, il a mis le cap sur Québec, où il réside depuis. C’est là qu’il a entamé sa carrière de combattant professionnel lors d’un gala de la Ligue d’arts martiaux mixtes du Québec.

« Dès mes premiers entraînements à Gatineau, j’ai eu la piqûre. Quand je suis arrivé à Québec, je savais que c’était l’endroit idéal pour moi. Après neuf combats pros, je sens que les choses commencent vraiment à se placer », a-t-il indiqué.

Près du but

Avant de crier victoire, Barriault devra continuer de faire ses preuves avec TKO et le tout débutera par son affrontement face à Gavrilovic, qu’il a déjà vaincu par décision, en 2016.

« Ça me permettra de boucler la boucle et je vais là pour prouver que je suis le numéro 1 », a-t-il résumé.

 * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Vers un gala au Centre Vidéotron en février

Les amateurs de Québec affamés pour un gala de haut niveau en arts martiaux mixtes devraient être rassasiés le 23 février lors d’une soirée organisée par TKO, qui pourrait fort bien être présentée au Centre Vidéotron.

Les détails restent à fignoler, mais il semble qu’une carte relevée pourrait être présentée dans une configuration permettant d’accueillir 4000 à 5000 spectateurs.

« C’est sûr que l’intérêt est là pour un spectacle à Québec, et les probabilités sont fortes pour que ce soit confirmé très bientôt », a révélé le promoteur Stéphane Patry.

TKO organise à Québec demain une conférence de presse pour promouvoir son gala du 8 décembre au Centre Bell, à Montréal. Il ne serait pas étonnant que des détails pour l’éventuel gala de Québec soient dévoilés par la même occasion.

« La date est déjà réservée parce qu’il faut les donner un an d’avance à UFC Fight Pass, qui diffuse nos galas. Je ne peux pas confirmer le lieu pour l’instant », a ajouté Patry.

Barriault en vedette ?

De toute évidence, TKO aimerait bien mettre en vedette Marc-André Barriault, qui risque fort de faire le saut en UFC d’ici quelques mois.

« Le marché de Québec est intéressant et si Marc-André continue sur la même voie, le Centre Vidéotron devient une avenue intéressante. Son prochain combat en décembre en dira long sur la suite », estime Patry.

Les galas d’arts martiaux mixtes de grande envergure se font plutôt rares dans la Capitale. L’UFC avait attiré 5029 spectateurs en avril 2014, notamment avec Patrick Côté. En décembre 2012, Instinct avait présenté une carte au Pavillon de la Jeunesse. Huit ans plus tôt, le 22 mai 2004, TKO s’offrait le Colisée.