Deontay Wilder v Bermane Stiverne

Photo : Deontay Wilder Crédit : AFP

Boxe

L’ascension fulgurante de Deontay Wilder

L’ascension fulgurante de Deontay Wilder

Bernard Barré

Publié 06 novembre
Mis à jour 06 novembre

La première fois que j’ai eu l’occasion de voir boxer l’actuel monarque de la division des poids lourds, Deontay Wilder (39-0-0, 38 K.-O.), c’était lors du championnat mondial de boxe amateur à Chicago en 2007, dans la catégorie des poids lourds (200 lb).

Une défaite à son premier combat contre le modeste Polonais Krzysztof Zimnoch. J’étais en compagnie de l’entraîneur Marc Ramsay et peu de commentaires positifs sont sortis de notre discussion.

Sa taille (6 pieds 7 pouces) et sa portée étaient impressionnantes, mais son niveau était beaucoup plus celui d’un boxeur novice, ce qu’il était, faut bien le dire.

La deuxième fois, la compétition se passait à Trinidad, lors des qualifications olympiques en vue de l’édition de Pékin 2008, où il s’était qualifié par la peau des dents, en remportant trois victoires par d’infimes marges, avant de se faire bouffer tout rond en finale par le Cubain Osmay Acosta (12 à 1). Donc rien pour écrire à sa mère.

La troisième fois, j’étais analyste à la société d’État lors de la conquête de sa médaille de bronze, d’où son surnom de Bronze Bomber, lors des Jeux olympiques de Pékin.

Une fois de plus, la chance était de son côté puisqu’il s’était glissé en demi-finale grâce à une victoire de 10-10 (départage de points) contre le Marocain Mohamed Arjaoui, qui méritait la victoire autant que lui. Son parcours s’était arrêté à son combat suivant, contre l’éventuel médaillé d’argent et pieuvre par excellence, l’Italien Clemente Russo (7 à 1).

Toutefois, le potentiel était là, et son tracé professionnel en est la preuve indéniable.

Sa victoire tranchante samedi dernier, au premier round contre l’ex-Lavallois Bermane Stiverne, dans une défense de titre WBC, va lui permettre d’être dans une position intéressante dans les futures négociations d’unification face à l’autre grand champion de la division (WBA et IBF), le Britannique Anthony Joshua (20-0-0, 20 K.-O.).

Stiverne avait été le seul à atteindre la limite avec Wilder, en 2015, dans un combat où il a vu les étoiles de la boxe à de nombreuses reprises. Wilder lui avait arraché le titre à ce moment et beaucoup de sa confiance.

Un éventuel affrontement entre ces deux boxeurs qui cognent marteau soulèverait une passion planétaire. La grande question : lequel traverserait l’océan pour défier l’adversaire sur ses terres? À suivre...