Bermane Stiverne

Photo : Bermane Stiverne Crédit : AFP

Boxe

L’heure de la retraite pour Stiverne?

Publié | Mis à jour

Lorsqu’il a perdu sa ceinture WBC des lourds aux mains de Deontay Wilder en 2015, Bermane Stiverne avait évoqué des problèmes de santé pour expliquer sa défaite et il rêvait d’une revanche. Il l’a obtenu samedi soir à Brooklyn, mais ça s’est très mal terminé pour lui.

Le Québécois d’origine haïtienne (25-3, 21 K.-O.) s’est incliné par knock-out avant la fin du premier round contre Wilder (39-0, 38 K.-O.). Stiverne n’a jamais été dans le coup.

Wilder l’a envoyé au plancher une première fois avec une puissante droite qui a passé entre les gants de Stiverne. Quelques secondes plus tard, le champion a répété son manège avec une belle combinaison. L’ancien monarque des lourds était tellement ébranlé qu’il était à peine capable de suivre les instructions de l’arbitre Arthur Mercante fils.

D’ailleurs, on peut se demander pourquoi celui-ci n’a pas arrêté le duel alors qu’il voyait que Stiverne était sur une autre planète.

Wilder a fini le travail avec une gauche qui a fermé les lumières à Stiverne. Le protégé de Don House s’est écrasé dans les câbles. Il a eu besoin de plusieurs minutes pour retrouver ses esprits avec l’aide des médecins.

Est-ce qu’un tel résultat était prévisible? Oui. Tout d’abord, en raison du forfait de Luis Ortiz pour une affaire de dopage, Stiverne a appris qu’il croiserait le fer avec Deontay Wilder avec un préavis de seulement deux semaines. Un délai trop court pour avoir une préparation adéquate pour un combat de championnat du monde.

Dans un deuxième temps, Stiverne n’avait disputé qu’un petit affrontement depuis son échec contre Wilder en 2015. Un duel en deux ans, c’est trop peu d’action lorsqu’un boxeur souhaite reconquérir le trône qu’il a perdu. Et le résultat le prouve hors de tout doute.

Finalement, on peut se poser des questions sur le niveau de condition physique de Stiverne. Durant la pesée de vendredi, il a affiché un poids de 254 livres, soit 15 livres de plus que lors du premier choc contre Wilder. C’est une différence énorme même si on est chez les lourds.

En résumé, on a eu l’impression que les conseillers de Stiverne n’ont pas fait leur travail et qu’ils ont envoyé leur poulain à l’abattoir.

La retraite?

Après avoir encaissé une défaite aussi douloureuse, on peut s’attendre à ce que Stiverne accroche ses gants. Et ce serait la bonne décision.

Il est l’un des rares boxeurs à avoir bien géré ses bourses durement gagnées entre les câbles. Il sera capable de subvenir aux besoins de sa famille basée à Miami pendant plusieurs années sans aucun problème.

S’il souhaite poursuivre sa carrière, ce serait une grave erreur. Il doit éviter de devenir un faire-valoir qui permettrait aux jeunes loups de sa catégorie de se faire les dents avec lui.

Quelques minutes après sa victoire à sens unique, Wilder a indiqué qu’il souhaitait unifier tous les titres des lourds avec le Britannique Anthony Joshua dans les premiers mois de 2018.

«J’attends ce combat depuis un bon moment, a indiqué Wilder sur les ondes de Showtime. Je te fais une déclaration de guerre. Je suis un champion et je sais que je suis le meilleur. Est-ce que tu es prêt à passer le test ?»

L’invitation est lancée. Est-ce qu’on aura droit à ce méga combat ? On va le demander comme cadeau de Noël.