Crédit : Eric Bolte-USA TODAY Sports

Impact

Les prix IMFC 2017

Les prix IMFC 2017

Nicolas Martineau

Publié 31 octobre
Mis à jour 31 octobre

Alors que la MLS a fait connaître les finalistes de ses prix de fin d’année, mardi, j’ai eu envie de faire la même chose avec l’Impact de Montréal et ainsi permettre aux partisans de voter pour leurs favoris de la saison 2017.

Joueur par excellence 

Ignacio Piatti : 17 buts, 6 passes décisives en 28 matchs. «Nacho» a été de tous les bons coups des siens. Si l’Argentin n’avait pas été là en 2017, imaginez la catastrophe...

Blerim Dzemaili : Le Suisse est arrivé à Montréal en faisant flèche de tout bois. Si bien qu’au mois d’août, les spécialistes de la MLS n’avaient d’yeux que pour Dzemaili

Du 13 mai au 20 septembre, le milieu de terrain a marqué 7 buts et ajouté 10 passes décisives en 18 matchs. Sauf que le poids des matchs a semblé peser lourd sur l’ancien de Bologne et sa fin de saison a été pour le moins décevante.

Défenseur de l’année

Laurent Ciman : Le Belge n’a certainement pas joué à la hauteur de ses propres attentes en 2017, mais il a néanmoins tenu le fort à plus d’une occasion.

Certains reprocheront la prise de risques du «Général», mais rappelez-vous aussi qu’il a défendu sa cage avec courage toute la saison. Ses 29 tirs bloqués le placent au premier rang de la MLS à ce chapitre. Ses 147 dégagements le placent au 10e échelon. Ses 70 interceptions le placent au 6e rang. Ciman est encore l’un des défenseurs les plus efficaces du circuit Garber.

Victor Cabrera : L’Argentin a été critiqué plus souvent qu’il a été acclamé en 2017. Pourtant, le produit de River Plate a compilé d’impressionnantes statistiques défensives lors de ses 20 matchs. Souvent blessé la saison dernière, le joueur de 24 ans est à son meilleur lorsqu’il a quelques matchs consécutifs dans les jambes. Ses 3,1 interceptions par match le placent ex-æquo au premier rang de la MLS avec son compatriote Leandro Gonzalez Pirez. Ses 3,2 tacles par match le hissent  dans le top 10 de la ligue.

Daniel Lovitz : Les partisans de l’Impact (les journalistes aussi) ont sourcillé lorsque l’Impact a dévoilé son défenseur de l’année. L’Américain, amené en essai au camp d’entraînement, ne devait être qu’une doublure en cas de blessure à Ambroise Oyongo.

Le pire est arrivé et Lovitz s’est retrouvé sur le terrain lors de 25 des 34 matchs des siens. Il a rendu de fiers services au bleu-blanc-noir, mais en a-t-il fait assez pour remporter le titre de défenseur de l’année? Je vous laisse répondre à cette question pour moi.

Meilleur nouveau venu

Blerim Dzemaili : Voir plus haut. Dzemaili a été nommé joueur désigné et il a assurément rempli son mandat.

Samuel Piette : Après sa Gold Cup éclatante sous les couleurs du Canada, Samuel Piette a fait rêver les partisans de l’Impact. Ce jeune québécois avait décidé d’entamer sa carrière en Europe, mais son retour triomphal aura certainement été l’un des moments forts de la saison.

À 22 ans seulement, Piette a prouvé qu’il avait l’étoffe d’un joueur MLS. Ses 3,6 tacles par match font foi de son implication au milieu de terrain. Est-il le fameux bulldog à trois poumons dont Vincent Destouches rêvait tant?

Chris Duvall : Passé des Red Bulls de New York au Minnesota United à l’Impact de Montréal lors du repêchage d’expansion, l’Américain s’est amené à Montréal avec le sentiment d’avoir été rejeté par l’équipe qui l’a formé. Un sentiment qui a sans doute motivé le latéral droit de 26 ans. Duvall a connu un excellent camp d’entraînement, subtilisant même le poste d’Hassoun Camara. Il aura été l’un des défenseurs les plus constants de la saison.

Plus belle surprise de l’année

Kyle Fisher : Après les blessures d’Hassoun Camara et de Victor Cabrera tôt dans la saison, plusieurs s’attendaient à voir Wandrille Lefèvre se lever. Pourtant, c’est vers Fisher que les entraîneurs se sont tournés.

L’Américain de 23 ans a été solide dès sa première apparition de la saison. Fort dans les duels et dominant dans les airs, Fisher a joué dans ses limites. Lors de ses 15 départs, il a été la présence rassurante devant son filet. Affligé par des blessures à la tête et au tibia, Fisher n’aura pas été en mesure de se faire justice jusqu’à la fin de la saison, mais il a démontré qu’il avait sa place sur le XI partant d’une équipe de la MLS.

Anthony Jackson-Hamel : «Le train de Québec», «Le bombardier de Limoilou», «M. Clutch»... Jackson a mérité ses surnoms et les éloges en 2017. Lors du 1er voyage de la saison à San Jose, Nick DePuy lui avait été préféré sur le banc. Le Québécois s’est assuré qu’on ne se pose même plus la question lorsqu’il a eu sa chance.

Le 15 avril, il a donné la victoire aux siens dans le temps additionnel face à Atlanta... avant de sauver les siens d’un triste sort à Philadelphie la semaine suivante avec 2 buts. Il a terminé la saison au 2e rang des buteurs de l’Impact avec 9 réussites en seulement 11 départs.