Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens

Claude Julien vit d’espoir

Publié | Mis à jour

Les partisans qui étaient toujours sur place lorsque le son de la sirène a retenti ont quitté leur siège en poussant quelques huées en direction de leurs favoris (le sont-ils encore ?). La saison n’est vieille que de quatre matchs mais ils semblent nombreux à avoir déjà jeté l’éponge.

Évidemment, c’est loin d’être le cas de Claude Julien. Malgré la fiche déficitaire de sa formation, l’entraîneur du Tricolore préfère regarder la situation d’un œil positif. Au cours de son point de presse, il a multiplié les messages d’espoir.

«À un moment donné, ça va débloquer. On a un dossier de 1-3, mais on voit du potentiel. On sait que ça s’en vient», a-t-il lancé alors qu’il prenait place sur le podium.

La patience a ses limites

En matinée, Julien avait soutenu qu’il devait faire preuve de patience avec ses trios. Or, au cours du deuxième vingt, il a apporté plusieurs modifications.

«Je veux être patient, mais à un moment donné, tu dois prendre une décision», a mentionné Julien à ce propos.

«J’ai changé les trios à mi-chemin de la deuxième période, car pendant les huit premières minutes, il ne se passait pas grand-chose, a-t-il expliqué. En troisième, j’ai trouvé que nos quatre trios ont apporté de la bonne énergie. Ils ont eu des chances de marquer.»

Bas niveau de confiance

Des modifications doivent-elles également être apportées à l’attaque massive? Difficile à dire considérant que sa troupe menace malgré son incapacité à marquer. D’ailleurs, selon Julien, c’est maintenant une question de confiance.

«On bouge bien la rondelle. Cependant, ce soir [hier], je crois que l’on tentait de forcer un peu trop les choses. Il y a place à amélioration, surtout près du filet, a-t-il indiqué. Le niveau de confiance est bas présentement. Nous devons trouver une façon de nous sortir de cette situation. Tu ne peux oublier le positif et tu dois travailler sur les points à améliorer. C’est la seule façon d’y arriver. On n’a pas le choix.»

Julien et ses adjoints ont maintenant trois jours pour trouver les solutions avant que les Maple Leafs s’amènent en ville samedi soir. Ils pointent au sommet de la LNH avec une moyenne de 6,33 buts par match.