Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens

Charles Hudon : l'engagé, l'émotif

Louis-André Larivière / TVA Sports

Publié | Mis à jour

Il n’a pas noirci la feuille de pointage. Il n’a pas récolté son premier but dans la LNH non plus. Mais Charles Hudon a gagné beaucoup de respect, mardi.

Fort engagé en territoire adverse, l’Almatois de 23 ans a une fois de plus démontré ce qu’il a dans le ventre en tirant cinq fois sur Corey Crawford, tout en distribuant six mises en échec face aux Blackhawks de Chicago. La troisième étoile du match lui a même été décernée.

Son entraîneur en a pris bonne note.

«J’ai trouvé que Charles a été bon ce soir. Je l’ai trouvé dominant. Il a eu plusieurs chances de marquer», a souligné Claude Julien en anglais, après la défaite de 3-1.

Touché par l’ovation de la foule

Hudon a vécu son baptême à un bal d’ouverture des Canadiens de Montréal au Centre Bell et il a été chaudement applaudi par la foule. La nervosité étant lourde avant de fouler la glace, il dit avoir été touché par l’ovation qu’il a reçue.

 «J’ai adoré l’accueil de la foule. Depuis l’an passé, on essaie de montrer plus de Québécois. Cette année on est trois ou quatre (francophones), donc c’est le fun», a-t-il dit avec une certaine émotion.

Mais l’ancien des Saguenéens de Chicoutimi n’était pas rassasié. Il semblait hanté par une autre sortie sans victoire - une troisième de suite -, sans qu'il n'ait trouvé le fond du filet.

«C’est bon pour la confiance, mais c’est plate en même temps. J’ai toujours dit que l’accomplissement personnel dans une défaite, ce n’est pas quelque chose que je regarde beaucoup», a-t-il insisté dans un vestiaire déserté par ses coéquipiers.

«Oui, j’ai eu des chances. Il me reste juste à la mettre dedans. Ça va bien, il faut juste que je continue à travailler.»

L'instinct de marqueur

Hudon a un flair offensif indéniable. Non seulement a-t-il des mains agiles, il fonce constamment au filet. Après quatre matchs, il a déjà pris 16 tirs.  

Il avoue qu’être blanchi de la colonne des buts l’agace au plus haut point et on peut en déduire que contribuer aux succès du Tricolore lui tient à cœur.

«Moi je veux toujours mettre la rondelle dans le filet. Quand j’ai ma chance et que je la rate, c’est sûr que c’est frustrant», a-t-il expliqué, la gorge nouée.

«Je travaille sur les détails. Que ce soit des petites erreurs que je n’avais jamais commises avant... c’est la Ligue nationale aussi, ça rend nerveux parce que je ne veux pas en faire.»

«Je fais de belles choses avec la rondelle. Il faut juste que je continue comme ça.»

Hudon est sur la même longueur d’onde que Julien. Même que l’instructeur n’a pas songé diminuer son utilisation en deuxième période, lorsque l’équipe a eu un essoufflement face aux «Hawks».

«Je n’ai jamais hésité à lui faire confiance.»