Mark Scheifele tente de déjouer Carey Price.

Photo : Mark Scheifele tente de déjouer Carey Price. Crédit : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

LNH

Carey Price parmi les plus difficiles à affronter pour Mark Scheifele

Publié | Mis à jour

L’attaquant des Jets de Winnipeg Mark Scheifele a établi son palmarès des cinq joueurs les plus difficiles à affronter pour lui et le gardien du Canadien de Montréal Carey Price se trouve dans ce groupe.

Le pivot de la formation manitobaine a rédigé une lettre ayant été diffusée sur le site «The Player’s Tribune» mercredi. Sur la page web de l’article, le nom du défenseur des Sénateurs d’Ottawa Erik Karlsson apparaît en tête de liste, suivi de celui de Price.

Le top 5 de Scheifele comprend aussi le capitaine des Penguins de Pittsburgh, Sidney Crosby, ainsi que l’arrière des Predators de Nashville Roman Josi et la jeune sensation des Oilers d’Edmonton Connor McDavid.

Au sujet du numéro 31 du Tricolore, le porte-couleurs des Jets a rappelé l’un de ses premiers matchs contre lui. 

«Je vais certainement me placer dans l’embarras avec ce texte. Je me souviens pendant ma deuxième saison dans la Ligue nationale que nous jouions contre Montréal. [...] À un moment donné, j’ai reçu la rondelle dans l’enclave et j’ai déjoué un défenseur. J’avais clairement la voie libre, c’était une chance de marquer parfaite. Il n’y avait que Price et moi. J’avais tout mis sur mon lancer. J’étais prêt à célébrer. Puis, tout ce que j’ai vu était rouge. Carey était debout, en position parfaite, et la rondelle l’a frappé à la poitrine.»

«Beaucoup de gens croient que le travail d’un gardien est seulement une question de réflexes et de contrôle des retours. Mais c’est 25 % de l’équation. À ce niveau, 75 % concerne la lecture du jeu et la connaissance des tendances de l’adversaire. Il faut être le gars le plus intelligent sur la patinoire», a ajouté Scheifele pour expliquer son choix de Price.

Pour ce qui est de Karlsson, il s’est dit impressionné par sa capacité à bien faire des deux côtés de la surface de jeu.

«En séries, il a joué avec un os fracturé au talon et il était encore le meilleur sur la glace. Je ne peux pas comprendre cela. [...] Il a trouvé le moyen de survoler tout le monde, ses gestes ne semblaient pas nécessiter d’effort. Cela montre bien son caractère et sa force mentale», a-t-il résumé.