Crédit : Sébastien St-Jean / Agence QMI

Boxe

Lemieux-Saunders: ce ne sera pas facile!

Lemieux-Saunders: ce ne sera pas facile!

Bernard Barré

Publié 10 octobre
Mis à jour 10 octobre

Super bonne nouvelle pour notre ex-champion du monde David Lemieux (38-3-0, 33 K.-O.) qui aura l’occasion à court terme de mettre la main sur une autre ceinture de champion du monde.

Billy Joe Saunders (25-0-0, 12 K.-O.) est désormais dans l’obligation de défendre son titre de champion du monde des poids moyens de la World Boxing Organisation (WBO), contre notre Québécois.

Les négociations sont déjà commencées entre le promoteur de Lemieux, Golden Boy Promotions, et celui de Saunders, le Britannique Frank Warren.

Le titre appartenant à Saunders, il est bien évident que les chances que ce combat se déroule en Angleterre sont très grandes. D’ailleurs, Saunders n’est jamais sorti du pays pour combattre, depuis sa présence au Jeux olympiques de Pékin en 2008.

Il avait alors remporté son premier combat contre le représentant de la Turquie avant de perdre contre le dangereux Cubain Carlos Banteaux, éventuel médaillé d’argent. Saunders avait obtenu, lors de cet évènement, l’honneur d’être le premier boxeur gitan à se qualifier et participer au plus grand rendez-vous planétaire.

Son parcours, sans tache chez les professionnels, fait de lui un adversaire redoutable, surtout si le combat devait avoir lieu sur ses terres. Sa victoire, en 2014, sur le coriace Chris Eubank fils (26-1-0, 20 K.-O.), dans un combat de championnat du Commonwealth en fait foi.

Le décalage horaire, l’hostilité impressionnante de la foule et malheureusement la sympathie des juges (parlez-en à Éric Lucas) ont trop souvent déboussolé plusieurs visiteurs.

Heureusement, David possède une arme terrifiante : du plomb dans les gants. Cet élément sera très utile pour semer la crainte, donc aller chercher rapidement le respect du champion et c’est à souhaiter, empêcher les juges de nous jeter une douche froide, encore plus froide en décembre, comme on en reçoit régulièrement.

L’important pour David, c’est de revenir au sommet le plus tôt possible, dans une division de poids prestigieuse et payante qui vit des moments magiques à cause de l’abondance de talent.

Après le titre IBF, pourquoi pas celui du WBO pour David Lemieux. À suivre...