Impact

Ignacio Piatti avec l'Impact jusqu'en 2020

Publié | Mis à jour

Ignacio Piatti est à Montréal pour rester. Le joueur désigné et l’Impact ont signé un nouveau contrat qui fera en sorte qu’il portera le maillot bleu-blanc-noir jusqu’à la fin de la saison 2020.

Le contrat de l’Argentin de 32 ans venait à échéance à la fin de juin 2018. La prolongation est d’un an et demi avec une année d’option que l’équipe pourra exercer en 2020.

«Je suis très content de renouveler mon contrat, a insisté Piatti. Je veux en faire encore plus au cours des prochaines années. Je considère prendre ma retraite avec un maillot de l’Impact. Je reste pour trois années ou plus alors je vais peut-être finir ma carrière ici.»

«Ma famille est très bien ici, ma petite va à l’école et ma femme est contente. Mon fils vient tous les étés.»

Avec la retraite de Patrice Bernier, Piatti devient un candidat intéressant pour lui succéder comme capitaine. Mais l’Argentin assure que ça n’a jamais été un point de négociation.

Bonne augmentation

Piatti, qui est le cinquième meilleur marqueur de la Major League Soccer (MLS) avec 17 buts, va certainement avoir une très bonne augmentation de salaire.

Sans dévoiler le montant de l’entente, le président Joey Saputo a indiqué qu’il allait payer son joueur à la hauteur de son talent.

«Nacho est dans le top 5 de la ligue et le contrat fait en sorte qu’il va être payé comme un top 5 dans la ligue. »

La question du salaire de l’Argentin a paru épineuse.

Longues négociations

L’entente a été conclue au terme de très longues négociations qui se sont amorcées au début de l’année.

«Les négociations ont été longues, mais ce n’était qu’une question de temps», a insisté Saputo.

Le président est revenu sur les déclarations de Piatti, quand celui-ci a laissé entendre qu’il en était peut-être à ses derniers milles avec l’Impact. Il a mentionné qu’il ne s’agissait pas d’une tactique de négociation.

«Nacho est très émotif, a insisté Saputo, et peut-être qu’après un match il en a dit plus [qu’il ne voulait]. »

Fiscalité

Si les négociations se sont étirées, Saputo assure que ce n’est pas parce que les conditions financières accrochaient.

«On a regardé combien il faisait par rapport à d’autres joueurs dans la ligue. Il n’y a jamais eu un aspect où on ne voulait pas payer ou encore une insatisfaction sur le montant de sa part.»

«C’était la compréhension du contrat qui n’était pas tout à fait claire. On voulait qu’il reste à Montréal, il voulait rester à Montréal, dans ce cas ce n’était qu’une question de temps. »

Appelé à préciser la question, le président a indiqué que le flou était d’ordre fiscal.

«C’est la fiscalité du contrat qui n’était pas claire.»

L’entourer

Maintenant que Piatti est dans le coup pour trois autres saisons, il va falloir l’entourer et Saputo a laissé entendre que c’était une priorité même s’il a encore soutenu que l’embauche d’un troisième joueur désigné était loin d’être garantie.

«L’an prochain, on aura encore [Blerim] Dzemaili et Nacho. Je veux une équipe compétitive, mais il faut regarder notre budget globalement.»

«Avec les changements qu’on peut avoir dans l’effectif, ça peut laisser un peu d’espace, peut-être pas pour aller chercher un autre joueur désigné, mais avec l’argent d’allocation, on peut aller chercher un joueur d’importance.»

Un salaire mystérieux

Le salaire d’Ignacio Piatti est l’un des secrets les mieux gardés de la MLS. Selon la dernière liste publiée par l’Association des joueurs, le milieu de terrain vedette empocherait 450 000 $ par saison.

«Je peux vous dire que le montant est erroné et de loin, a indiqué Joey Saputo. Mais c’est le montant que la ligue lui verse.»

En d’autres mots, on connaît la portion de son contrat assumée par la ligue [ndlr : c’est la MLS qui paie les joueurs et non les équipes], mais la part de l’Impact demeure secrète.

On se doute toutefois que Piatti touche un salaire dans les sept chiffres.

* * * * * * * * * *

Giovinco et Pirlo

Joey Saputo a insisté pour dire que Nacho était parmi les cinq meilleurs joueurs de la ligue et qu’en conséquence, il toucherait un salaire digne d’un joueur du top 5.

Selon la liste dévoilée par l’Association des joueurs le mois dernier, le joueur le mieux payé est Kaká (6,6 millions $ ) suivi de Michael Bradley (6 millions $), David Villa (5,61 millions $), Sebastian Giovinco (5,6 millions $) et Andrea Pirlo (5,6 millions $).

Lorsque questionné par un collègue sur le sujet, Piatti s’est pour une rare fois un peu énervé.

«Ce n’est pas important ça. Vous allez me donner votre salaire?» a-t-il lancé.

Les rumeurs

Par ailleurs, Joey Saputo n’avait pas vraiment envie de commenter l’élimination de son équipe au cours du dernier week-end.

«On est ici pour parler d’une bonne nouvelle. Quand la saison sera terminée, on va se revoir et vous pourrez poser toutes les questions que vous voulez.»

Il n’a toutefois pas pu éviter les questions reliées aux rumeurs de congédiement de Mauro Biello et de son équipe d’entraîneurs pour faire place à Alessandro Nesta.

«La seule chose que je peux vous dire, c’est qu’on n’a jamais eu des négociations ou des pourparlers avec Alessandro Nesta, a insisté Saputo. Je n’ai aucune idée d’où ça sort, mais je n’ai jamais eu de conversation avec lui.»

«Je pense que les conversations que j’ai avec Mauro lui suffisent pour le sécuriser dans son travail», a-t-il ajouté.

Il a quand même mentionné qu’il parlerait du retour de ses hommes de soccer une fois la saison terminée. Les rumeurs ne sont donc pas complètement dissipées.