Boxe

Byron Archambault, du football à la boxe

Byron Archambault, du football à la boxe

Andy Mailly-Pressoir

Publié 05 octobre
Mis à jour 05 octobre

Mercredi matin, 7h45, au Club de Boxe de l’Est de Montréal.

Le dernier poulain de l’entraîneur Daniel Trépanier s’apprête à commencer sa séance d’entraînement matinale. Il y a moins d’un an, il aurait enfilé ses crampons. Aujourd’hui, il les a troqués pour des gants de boxe. Voici Byron Archambault, le boxeur.

Un nouveau défi

Sous les ordres de Trépanier, depuis cinq mois, l’ex-secondeur vedette des Carabins de l’Université de Montréal s’entraîne pour son premier combat amateur.  Vendredi, il fera les frais de la finale d’un gala de 14 combats, dont cinq duels mettant en vedette des membres de l’équipe nationale. 

Fort d’un gabarit de 6 pieds et 225 lb, l’athlète de 26 ans évoluera dans la catégorie des super-lourds, soit chez les 200 lb et plus.

«C’est un animal, un bœuf dans le ring, indique son entraîneur. Il est très compétitif et il se donne à 100% à tous les jours à l’entraînement.»

Alex Laganière, son ami et ancien coéquipier abonde dans le même sens. Selon lui, Byron aura bien du plaisir à se battre.

«Byron va être, à la boxe, le genre de joueur qu’il était au football. C’est un gars qui était secondeur. Il fallait qu’il aille au plaqué, il fallait qu’il aille stopper la progression de l’ennemi. Cet instinct de chasseur, il le retrouve à la boxe.»

C’est le préparateur physique de Byron, Pierre-Marie Toussaint, un ami de Trépanier, qui lui aurait suggéré ce passage vers le ring.

Après avoir annoncé sa retraite du football professionnel en janvier dernier, le coordonnateur des unités spéciales des Carabins était à la recherche d’un nouveau départ.

«Depuis que j’étais à Hamilton, je me demandais déjà ça allait être quoi le prochain défi, confie Archambault. Je me magasinais un sport et maintenant avec la boxe, j’ai l’opportunité de me battre et de montrer ce que j’ai dans le réservoir.»

Rivas comme partenaire d’entraînement

Ayant plus de 20 ans d’expérience, Trépanier est aussi entraîneur de l’équipe canadienne de boxe. Il avait donc tous les outils pour aiguiller le nouveau boxeur.

«Il a travaillé avec un membre de notre équipe Alexis Barrière, un super-lourd. Il a eu un baptême de feu assez élevé en sparring avec Oscar Rivas et ça avait très bien été.»

Il est encore trop tôt pour dire si l’ex-joueur de football pense faire carrière dans la boxe. Pour l’instant, il préfère visualiser son combat de vendredi.

«On va voir. J’ose espérer que Daniel Trépanier va savoir me guider vers le bon chemin, celui qui est bon pour moi. En attendant, je me concentre sur moi, sur ce que j’ai à faire, sur mon entraînement des quatre, cinq derniers mois. J’espère que ca va donner un bon résultat.»

Durant sa carrière de joueur avec les Bleus, Archambault a récolté plusieurs honneurs, dont ceux de joueur défensif de l’année au Québec et de membre de la première équipe d’étoiles au Canada en 2014. Il avait également mis la main sur la première Coupe Vanier des Carabins.

Repêché au deuxième tour, le 17e choix au total, par les Tiger-Cats en 2015, Archambault avait aussi participé au mini-camp des Giants de New York dans la NFL.

Voyez mon reportage dans la vidéo ci-dessus.