Crédit : Ron Chenoy-USA TODAY Sports

Impact

Le moral ne vole pas haut

Publié | Mis à jour

Après une semaine ponctuée de trois défaites et un espoir de faire les séries qui ne tient plus à grand-chose, on peut s’imaginer que le moral ne vole pas haut chez l’Impact.

«L’état d’esprit n’est pas bon, mais c’est une semaine sans match et j’espère qu’on va pouvoir se sortir ça du système et aborder la prochaine semaine de la bonne façon», confirme Evan Bush.

La situation est d’autant plus lourde que le prochain match n’aura lieu que dans une dizaine de jours en raison de la pause internationale.

«Quand tu gagnes, tu veux continuer de jouer, et si tu perds, tu veux jouer tout de suite pour oublier ça», admet le gardien du Bleu-blanc-noir.

Élimination imminente

Ce qui pèse encore plus lourd sur l’Impact, c’est qu’il n’est plus maître de son destin et qu’il pourrait subir l’élimination advenant une victoire des Red Bulls de New York sur les Whitecaps de Vancouver, samedi.

Pourtant, les Taureaux n’ont pas ménagé leurs efforts pour donner une chance à l’Impact, n’ayant pas gagné à leurs huit derniers matchs.

«Nous regardions leur match dans le vestiaire [samedi], ils échappent des points depuis un mois et nous avons fait comme eux», a relaté Bush.

«Personnellement, c’est décevant de voir les autres équipes perdre des points sans pouvoir en profiter.»

Fierté

Avec deux matchs à jouer en 2017, l’élément de fierté doit prendre le dessus, selon Bush.

«Si tu n’as pas le feu de la compétition qui brûle en toi tous les jours, tu ne vas probablement pas durer longtemps dans ce sport à un niveau professionnel.»

Le gardien estime qu’il faut encore aborder les matchs avec fougue même si les mathématiques ne sont plus du côté de l’équipe.

«Si tu n’y crois pas, tu vas entrer dans un match sans conviction. Personnellement, je continue de croire jusqu’à ce qu’on me dise que je ne peux plus y croire.

«On va peut-être se faire écarter de séries ce week-end, mais ça ne devrait rien changer. Il nous reste un match contre Toronto, un rival.»

Saison frustrante

Bush, qui a disputé chacune des six saisons de l’Impact dans la MLS, admet que l’année en cours est parmi les plus difficiles qu’il ait vécues.

«Il y a eu la saison 2014 qui a été pire, où j’ai eu l’impression qu’on n’était plus dans le coup à partir de juillet.

«Cette saison-ci est frustrante parce qu’on n’a jamais été capable de passer au-dessus de la ligne rouge malgré toutes les chances que nous avons eues. On a été septièmes toute la saison sans atteindre le sixième rang.»

Pourtant, le mois d’août a permis d’y croire et de voir à une éclaircie.

«Quand on a eu cette séquence de quatre victoires, on pensait être en bonne posture, mais ça ne s’est pas passé comme ça.»

Il y a des saisons comme ça où on se dit que l’équipe n’était tout simplement pas due.