Boxe

Artur Beterbiev sent que son rêve est proche

Publié | Mis à jour

Artur Beterbiev ne peut demander mieux.

Alors qu'il amorce son camp d'entraînement en vue de son prochain combat, le boxeur russe a appris jeudi une excellente nouvelle : son duel contre l’Allemand Enrico Koelling, prévu le 11 novembre prochain à Fresno, en Californie, en sera un de championnat.

Beterbiev, qui devait initialement se battre dans le cadre d'un combat éliminatoire, va plutôt monter sur le ring pour le titre mondial des mi-lourds de la Fédération internationale de boxe (IBF) puisque le détenteur de la ceinture, Andre Ward, a annoncé sa retraite jeudi, laissant ainsi son titre vacant.

C’est donc un homme bien heureux qui a accordé une entrevue à TVA Sports vendredi.

«Je suis vraiment content. C’est très excitant», a réagi Beterbiev

«J’ai hâte d’obtenir finalement un combat de championnat du monde. Je suis prêt. C’est mon rêve et je sens que ça approche», a-t-il ajouté.

Cette fois, Beterbiev (11-0, 11 K.-O.) a déjà obtenu son visa d’entrée aux États-Unis. À l’origine, il devait se frotter à Koelling (23-1, 6 K.-O.) le 29 juillet, mais il n’était pas parvenu à avoir le précieux document. Par conséquent, l’affrontement avait dû être annulé. 

Une entente avec GYM?

Par ailleurs, son litige avec le Groupe Yvon Michel (GYM) pourrait bientôt connaître son dénouement.

Beterbiev a soutenu que «la situation s’améliore» et qu’il avait «une bonne nouvelle», mais qu’il ne pouvait pas en parler.

Au cours des dernières semaines, les deux parties ont pris part à leur interrogatoire respectif devant un juge de la Cour supérieure du Québec. À moins d’une entente hors cour, elles se reverront au procès, qui pourrait être présenté à la fin novembre dans les meilleurs délais.

Beterbiev a aussi confirmé n’avoir conclu aucune entente avec Top Rank ou un autre promoteur.

«Il ne faut pas croire les rumeurs», a-t-il lancé avec un sourire.