Pittsburgh Penguins v Ottawa Senators - Game Six

Crédit : AFP

LNH

Il y n’a pas de position précise à l’attaque chez les Sénateurs

Publié | Mis à jour

Pendant qu’à Montréal experts et partisans s’interrogent à savoir si les Canadiens doivent faire jouer Alex Galchenyuk au centre ou à l’aile, Guy Boucher se vante de pouvoir faire jouer n’importe quel de ses attaquants à n’importe quelle position.

L’entraîneur-chef des Sénateurs d’Ottawa a expliqué qu’une partie du succès de la formation canadienne en séries éliminatoires au printemps dernier, quand les «Sens» ont atteint la finale de l’Association de l’Est contre les Penguins de Pittsburgh, réside dans le fait que ses joueurs d’avant peuvent remplir sans problème les fonctions de centre ou d’ailier.

«Tous mes joueurs vont à gauche, à droite et au centre parfois, a expliqué le Québécois au site officiel des Sénateurs, samedi dans le cadre du camp d’entraînement. C’est l’attaquant 1, l’attaquant 2 et l’attaquant 3.

«Il n’y a plus de corridors, ça n’existe plus dans la LNH. Tu es à gauche pendant une présence sur la glace et après, tu changes de côté. Il s’agit de soutenir le porteur de la rondelle et de qui est le plus près du jeu.

«Ce sport est si rapide que tu dois être dans le visage de l’adversaire tout de suite. Tu ne peux pas attendre le joueur de centre qui vient de tomber en territoire offensif en échec avant.» - Guy Boucher

Dans un autre ordre d’idées, Boucher n’a pas tari d’éloges envers Thomas Chabot, meilleur espoir des Sénateurs en défense.

Si quelqu’un peut percer le contingent défensif de la formation ontarienne dès cette saison dans le bassin de jeunes joueurs des Sénateurs, c’est bien l’ancien des Sea Dogs de Saint-Jean dans la LHJMQ.

«Chabot était un des gars qui sont presque restés avec nous l’an dernier, mais il n’était pas tout à fait prêt. Il a gagné de l’expérience et je pense que c’était la bonne chose pour lui et pour l’organisation.

«Maintenant, ce n’est plus une question de savoir s’il peut être sur la glace avec les gars – nous savons tous qu’il peut.

«C’est plus de savoir s’il peut tenir la vitesse de la LNH, de plus gros gabarits et s’il peut se défendre contre eux. Mais clairement, avec la rondelle, nous savons qu’il est prêt.»

Chabot, 20 ans, n’a disputé qu’une rencontre à Ottawa la saison dernière. Le Beauceron, choix de premier tour des Sénateurs au repêchage de la LNH en 2015, a récolté 45 points en 34 matchs dans la LHJMQ, en route vers la conquête de la coupe du Président des Sea Dogs.