Canadiens

Une bonne chimie entre Max Pacioretty et Jonathan Drouin

Publié | Mis à jour

Il semble que Claude Julien puisse avoir trouvé une combinaison offensive gagnante au camp d’entraînement des Canadiens de Montréal.

L’entraîneur-chef a construit un trio avec Jonathan Drouin au centre flanqué du capitaine Max Pacioretty et du Tchèque Ales Hemsky; le Québécois acquis du Lightning de Tampa Bay apprécie l'expérience jusqu’à maintenant.

«Ça aide d’avoir de bons ailiers comme ça, s’est réjouit l’attaquant», samedi à l’entraînement.

«J’aime ca surtout avec Max, a-t-il ajouté au sujet de l’ailier américain. Il a du talent... Hemsky aussi. Il a subi beaucoup de blessures (dans sa carrière), mais il a du talent. Il comprend la game

«Max, je voulais jouer avec lui depuis que je me suis fait échanger ici.» - Jonathan Drouin

Oui, il y a fort à parier que Pacioretty connaisse la sixième saison d’au moins 30 buts de sa carrière dans la Ligue nationale de hockey (LNH), peu importe ses compagnons de trio; mais pour ce qui est de Hemsky, attiré à Montréal pour la modeste somme de 1 million $ sur le marché des joueurs autonomes, il faut espérer qu’une association avec Pacioretty et Drouin ait un effet salvateur sur une production en déclin.

«C’est plaisant d’avoir un nouveau départ avec de nouveaux joueurs, a dit l’ancien choix de premier tour des Oilers d’Edmonton au repêchage de la LNH en 2001. Être avec ces deux gars, c’est gros, ça me donne de la confiance. J’espère que ça continuera.

Hemsky, 34 ans, a raté 63 matchs la saison dernière chez les Stars de Dallas à cause d’une opération à une hanche et quatre rencontres pour cause de blessure à l’aine.

«Chaque fois que tu reviens d’une blessure et que tu te sens bien, quelque chose d’autre arrive. C’est un combat psychologique. Tu dois prouver que tu appartiens à cette ligue.»

L’ailier s’est contenté de productions de 32 et 39 points à ses deux dernières campagnes complètes à Dallas de 2014 à 2016, mais détient un grand potentiel offensif, comment en firent foi ses 17 points en 20 parties chez les Sénateurs d’Ottawa en 2013-2014 et ses trois campagnes de plus de 65 points pendant ses belles années chez les Oilers, avant 2010.