Crédit : AFP

LNH

«Je m’attends à plus de Taylor Hall et il le sait»

Publié | Mis à jour

Pour la cinquième fois de sa carrière, Taylor Hall a atteint le plateau des 20 buts l’an dernier. Mais le grand patron des Devils du New Jersey aurait aimé une meilleure production offensive de l’attaquant de 25 ans.

Aux dires du directeur général Ray Shero, celui qui a été acquis des Oilers d’Edmonton en retour du défenseur Adam Larsson, l’été dernier, devra en offrir plus s’il espère participer aux séries éliminatoires pour la première fois de sa carrière.

«Je m’attends à plus et il le sait, a dit le DG aux journalistes au cours de la dernière semaine. Nous avons eu une longue rencontre avec lui à la fin de la dernière saison pour lui expliquer comment il peut devenir un meilleur joueur.»

Les 53 points de Hall – un cumulatif qu’il a amassé pour la deuxième fois depuis ses débuts en 2010-2011 – le plaçaient au premier rang des siens, à égalité avec Kyle Palmieri.

La direction espère que son talent brut et son expérience, voire sa maturité, permettront aux Devils de mettre fin à une disette de cinq ans sans participer aux séries éliminatoires, d’autant plus qu’ils ont conclu la campagne dans la cave de l’Association de l’Est avec un rendement de 28-40-14 et 70 points.

L’Albertain revendique déjà 453 rencontres dans la ligue. Mais l’échange qui l’a envoyé d’Edmonton à la Grosse Pomme l’a visiblement perturbé.

«Il a surmonté la période du deuil. Il est enthousiaste. Je réalise que la saison dernière était difficile pour lui et n’avons pas connu du succès sur le plan collectif, mais il veut connaître du succès ici et c’est une bonne chose», assure Shero.

«Ce n’était pas une mauvaise année pour moi, mais juste de me présenter au camp et me sentir plus confortable avec la situation, ce sera mieux pour moi», a reconnu Hall.

En 2010, Hall est devenu l’une des quatre premières sélections des Oilers sur une période de six ans, les autres étant Ryan Nugent-Hopkins (2011), Nail Yakupov (2012) et Connor McDavid (2015).