Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens

Claude Julien promet d'en mettre plein la vue aux gens de Québec

Publié | Mis à jour

La ville de Québec occupe une place particulière dans le cœur de Claude Julien, qui a disputé ses 14 rencontres dans la LNH avec les Nordiques. D’ailleurs, par respect pour les amateurs de hockey de la Vieille Capitale, l’actuel entraîneur des Canadiens de Montréal assure qu’il enverra sur la patinoire des joueurs qui «vont intéresser les gens de Québec», le 18 septembre, dans le cadre du match hors concours qui opposera son équipe aux Bruins de Boston.

La formation définitive n’a pas encore été décidé, mais l’entraîneur du Tricolore a assuré comprendre que les gens de Québec ne désiraient pas assister à un match mettant en vedette l’équipe C ou D des Canadiens.

«Je comprends ce que ça veut dire d’aller jouer à Québec. On ne sait pas ce qui va arriver dans les prochains jours, mais on sait qu’un gars comme Phillip [Danault] vient du coin et que les gens veulent le voir jouer. Notre intention est d’amener des joueurs qui vont susciter un intérêt pour les gens de Québec. On compte sur d’autres joueurs locaux, comme Éric Gélinas ou Zachary Fucale, qui a joué pour les Remparts de Québec. On veut s’assurer que les gens de Québec aient envie de venir voir le match », a-t-il assuré lors d’un entretien téléphonique avec Le Journal de Québec, vendredi.

De bons souvenirs

Sur le plan personnel, Julien conserve de bons souvenirs de son passage dans la Vieille Capitale. Échangé des Blues de St. Louis aux Nordiques en 1983 avec Gord Donnelly, en compensation pour la signature de l’entraîneur Jacques Demers, il a disputé son premier match dans la grande ligue lors de la saison 1984-1985.

«Je n’avais même jamais joué de match présaison. Mon baptême du feu a donc eu lieu en pleine saison, contre les Kings de Los Angeles, qui comptaient notamment sur Bernie Nicholls. Je me souviens que j’étais très nerveux.»

Ce fut d’ailleurs son seul match avec les Fleurdelisés cette année-là. La saison suivante, il en avait disputé 13 et il n’a jamais rejoué dans la LNH par la suite.

«J’ai de bons souvenirs de ces années. Bergy [Michel Bergeron] était l’entraîneur et l’équipe comptait sur les frères Stastny, Michel Goulet, Mario Marois, Dale Hunter... Nous étions très compétitifs.»

Contre les bruins

Lundi, il reviendra donc là où tout a commencé et, pour l’occasion, il affrontera l’équipe qu’il a dirigée pendant 11 saisons: les Bruins de Boston.

Toutefois, pour Julien, il ne s’agira pas de la réunion officielle avec ses anciens patrons.

«C’est un match présaison et nous en sommes encore au moment d’évaluer nos joueurs. De plus, les deux formations ne seront pas complètes. Je mentirais, toutefois, si je disais que lorsqu’on va retourner à Boston en saison régulière [le 17 janvier], ce sera un match comme les autres.»