Crédit : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Canadiens

Jacob de La Rose meilleur avec la rondelle?

Publié | Mis à jour

S’il y a un joueur au-dessus duquel plane un gros point d’interrogation, c’est bien Jacob de La Rose.

À l’époque où il était l’entraîneur-chef du Canadien de Montréal, Michel Therrien se plaisait à dire que le Suédois était « bon sans la rondelle ».

Mais même s’il a un gabarit de 6 pieds 3 pouces et 204 livres ainsi qu’un coup de patin décent, plusieurs trouvaient sa contribution offensive insuffisante. Et pour cause.

Être incapable de se faire justice dans le circuit Bettman, à 21 ans et avec un temps de jeu limité, c’est une chose. Là où ça devient plus inquiétant, c’est lorsque le jeune homme ne parvient pas à le faire dans la Ligue américaine.

L’hiver dernier, il a fallu à de La Rose plus de la moitié de la saison pour se mettre en marche. C’est à son retour d’un séjour trois semaines avec le Tricolore, à la mi-janvier, que l’attaquant a connu ses meilleurs moments à St. John’s.

De La Rose a profité des 24 derniers matchs pour inscrire 11 de ses 14 buts de la saison et 16 de ses 31 points.

«Retourner à St. John’s m’a permis de jouer des minutes importantes au sein de l’attaque massive. Je suis devenu un meilleur joueur et j’ai gagné en confiance», a-t-il raconté vendredi midi.
Beaucoup d’appelés, peu d’élus

De La Rose n’est pas sans savoir que la compétition sera féroce pour l’obtention d’un poste chez le Canadien. Derrière la douzaine d’attaquants qui possèdent un contrat à un seul volet, on retrouve Charles Hudon, Michael McCarron, Daniel Carr, Nikita Scherbak, Peter Holland et de La Rose.

«Tu dois te battre tous les jours pour rester, car plusieurs joueurs veulent le même poste. Je dois jouer mon meilleur hockey dès le début du camp pour prouver que je peux demeurer avec le Canadien», a-t-il indiqué.

«Tous les gars présents ici ont le même objectif. On sait tous qu’il y a quelques postes disponibles, a ajouté de La Rose. Je dois faire tout en mon possible pour gagner ce poste et démontrer que je suis assez bon pour jouer.»

Une démonstration qui passe inévitablement par une implication plus soutenue.