Tennis

Félix Auger-Aliassime brasse les cartes canadiennes

Publié | Mis à jour

L’équipe canadienne de la Coupe Davis fera face à des choix difficiles à moyen terme à cause de la maturation précoce de Denis Shapovalov, mais aussi de Félix Auger-Aliassime.

Les récentes performances de Shapovalov ont forcé l’inclusion du nouveau 51e joueur mondial dans la formation,  mais l’expérience de Vasek Pospisil dans cette compétition internationale rendait difficile de faire appel à Auger-Aliassime dès ce week-end lors de la rencontre de barrage face à l’Inde, et ce, malgré l’absence du meilleur élément Milos Raonic sur blessure.

L’inévitable Daniel Nestor et Brayden Schnur, plus vieux qu’Auger-Aliassime à 22 ans, complètent le quatuor unifolié.

«Félix est encore jeune à 17 ans, a rappelé le directeur de la Coupe Rogers, Eugène Lapierre, mardi en marge de la Coupe Banque Nationale. Milos Raonic ne joue pas cette fois-ci mais, normalement, il aurait été là. Il y a Vasek Pospisil, maintenant il y a Denis Shapovalov, il y a Frank Dancevic qui est un joueur d’expérience et Peter Polansky qui va très, très bien cette année.»

«On n’avait pas pensé que Félix pourrait faire partie de l’équipe cette année, mais ce ne sera pas long!» - Eugène Lapierre

Peut-être que la prochaine fois que le Canada accueillera des affrontements de la Coupe Davis, Tennis Canada présentera les rencontres à Québec, là d’où vient Auger-Aliassime – le temps que le produit du Centre national d’entraînement (CNE) mûrisse?

«Ça devient propice si Félix va bien. On doit par contre attendre qu’il devienne membre à part entière de l’équipe canadienne», a prévenu Lapierre en entrevue avec TVA Sports.

«La Coupe Davis, c’est un format qu’on aime promener à travers le pays. On est allés à Vancouver, à Halifax, à Ottawa, à Montréal et ça fait un petit bout déjà qu’on n’est pas revenus dans la métropole.»