Football universitaire RSEQ

Cette semaine au football RSEQ

Cette semaine au football RSEQ

Charles-Antoine Sinotte

Publié 11 septembre
Mis à jour 11 septembre

Dès aujourd’hui, je vous offre mon appréciation du dernier weekend d’action au football du RSEQ. Chaque lundi, je reviendrai sur les bonnes et moins bonnes performances, sur des belles surprises à tous les niveaux du RSEQ et sur ce qui risque d’influencer le reste de la saison.

Performance de la semaine

Le travail de la ligne à l’attaque des Carabins

Je ne vous apprends rien en vous disant que le Rouge et Or a une excellente unité défensive à chaque année. Le groupe est amplifié par la pression destructrice de sa ligne défensive. Mais ce weekend, le front offensif des Carabins a fait la démonstration que lorsqu’on contrôle la première vague, les secondeurs et la tertiaire de Québec sont prenables.

Le quart Sam Caron n’a pas été «sacké» une seule fois et la joueur de ligne par excellence au Canada, Mathieu Betts a pu être contrôlé (outre un échappé provoqué en 1ere mi-temps).

Les Carabins ont un nouvel entraîneur de ligne – Mathieu Pronovost, ancien coordonnateur offensif du Vert & Or– et il fait un boulot impressionnant.

Son garde à gauche partant lors du match, Pier-Olivier Lestage, en était à un premier départ en carrière dans les rangs universitaire. L’attaque des Bleus à totalisé 457 verges en attaque, en grande partie grâce à ses 5 gros gars devant.

Un nom à surveiller

Jérémy Sauvageau, receveur, McGill Redmen

McGill est allé chercher une victoire importante à Sherbrooke. La majorité des contributeurs des Redmen sont des joueurs de deuxième année. C’est le cas pour Sauvageau, qui a opté pour l’université anglophone en 2016 après des séjours avec le CNDF au collégial et le Séminaire St-François au secondaire.

Il a été un peu impliqué à sa première saison universitaire, mais est en train d’exploser à sa deuxième. Il mène le circuit après trois semaines pour le plus grand nombre de verges aériennes par match (moyenne de 118 verges/match).

Vendredi soir, le receveur vedette de McGill Rémi Bertellin a quitté la rencontre suite à une blessure. Sauvageau a pris la relève, récoltant la moitié des 329 verges de gain du quart (de 2e année !) Frédéric Paquette-Perrault.

Les Redmen ont nettement amélioré leur approche de recrutement depuis l’arrivée de Ron Hilaire, si bien qu’on commence tranquillement à voir une profondeur d’équipe se pointer à l’horizon.

Le prochain

J’essaie toujours de jeter un œil à tous les niveaux de football au RSEQ. Depuis quelques semaines, j’aime bien ce que je vois du CEGEP Lévis-Lauzon en première division collégiale. Sans grande surprise, Champlain-Lennoxville et André-Grasset dominent le classement. Mais au troisième rang pointent les Faucons avec une attaque impressionnante.

En fait, on fait les choses un peu «old school» en courant le ballon à profusion. L’équipe est menée par le porteur de ballon Joanik Masse. Il a déjà récolté 879 verges au sol en 3 matchs, 622 verges devant son plus proche poursuivant.

Les Faucons ont deux victoires en trois matchs. C’est d’autant plus impressionnant puisqu’il y a eu un changement de garde important à Lévis quelques semaines avant la saison.

L’entraîneur-chef du programme depuis ses débuts il y a 12 ans a accepté un boulot dans une école secondaire à Victoriaville deux semaines avant l’ouverture de la saison. Chapeau à l’entraîneur-chef intérimaire Pierre-Alain Bouffard qui a pris la relève avec brio.

Mention spéciale

Je veux revenir au match Carabins-Rouge et Or pour souligner un moment spécial en fin de match à Montréal samedi. Nous avons été témoin d’une blessure «dégeulasse» lorsque la saison du demi de coin des Carabins Zachary Alexis a pris fin sur une action défensive. Sa jambe a littéralement fait un ‘’U’’ du mauvais côté. Tout le monde sur place a rapidement compris ce qui se passait.

D’un moment de tristesse incroyable, en est ressorti un exemple probant de résilience et de force de caractère. Étendu sur la civière, assurément conscient de la sévérité de sa blessure, le #36 des Carabins a laissé de côté sa tristesse, sa douleur et sa déception pour s’accrocher un énorme sourire au visage.

Alors que sa mère était en pleurs à ses côtés, il a plutôt profité des derniers moments avant d’entrer dans l’ambulance pour inciter la foule à se relever, à faire du bruit, et ainsi galvaniser ses coéquipiers vers une victoire in-extremis. Un autre bel exemple du sport amateur qui nous enseigne des leçons d’adversité incroyables.