Canadiens

Brendan Gallagher croit le CH meilleur

Publié | Mis à jour

Marc Bergevin a soutenu que le Canadien présentait une meilleure équipe qu’à pareille date l’an dernier. Alors que plusieurs observateurs et partisans sont sceptiques, Brendan Gallagher croit que c’est bel et bien le cas.

«Il y a eu quelques modifications au sein de notre groupe. Je crois que c’est excitant. Chaque fois que tu peux ajouter un gars habile et agile comme Jonathan Drouin, ça crée des étincelles. Un joueur comme lui peut changer le cours d’un match en une seule présence», a déclaré l’Albertain.

Gallagher, qui entamera sa sixième saison dans l’uniforme tricolore, est également persuadé que la ligne bleue du Canadien est mieux nantie que lors des dernières campagnes. Il s’est tout de même montré quelque peu attristé par le départ d’Andreï Markov.

«Ce sera différent sans lui. Pas beaucoup de joueurs peuvent se vanter d’avoir joué autant de matchs (990) que lui dans l’uniforme du Canadien. Mais il faut regarder vers l’avant. C’est l’occasion pour d’autres joueurs d’entrer dans la danse. On a les gars pour le remplacer, a-t-il assuré.

«J’ai joué contre (Karl) Alzner. Il ne laisse pas beaucoup d’espace. Son positionnement est très fort. Pour un attaquant, c’est plaisant d’avoir un joueur comme lui de son côté, a-t-il soutenu. (David) Schlemko, (Joe) Morrow et les autres acquisitions sont des pièces qui aideront notre groupe. J’espère qu’ils se sentiront confortables rapidement et que l’on pourra connaître un départ à l’image de ceux des dernières saisons.»

Ça, ça reste à voir.

Éviter l’infirmerie

Avec le déplacement d’Alex Galchenyuk à l’aile, possiblement à droite, il y aura beaucoup de compétition sur les flancs.

«La compétition, c’est bon. Peu importe le sport, plus il y en a au sein d’une équipe, plus les luttes sont farouches lors des entraînements. C’est ce que les équipes recherchent.»

Maintenant, ne reste plus qu’à souhaiter que le fougueux attaquant soit en mesure d’éviter l’infirmerie.

Au cours des deux dernières campagnes, deux fractures aux doigts de la main gauche l’ont tenu à l’écart du jeu pendant un total de 47 matchs, laissant sa main dans un piteux état.