Canadiens

Les recrues des Canadiens lessivées par celles des Sénateurs

Publié | Mis à jour

Le jeune Antoine Samuel se rappellera longtemps son match dans l’uniforme du Canadien. Et ce ne sera pas nécessairement un bon souvenir.

Mis à l’épreuve 28 fois en près de 31 minutes de jeu, le pauvre gardien a cédé à cinq occasions. En recul 5 à 1 au moment où Martin Lapointe a choisi de retirer Samuel au profit de Michael McNiven, les recrues du Canadien se sont inclinées au compte de 8 à 2 face à celles des Sénateurs d’Ottawa.

Le Tricolore est donc rentré de Toronto avec un dossier d’un gain et d’un revers.

«Tu ne gagnes pas la coupe Stanley dans un camp des recrues. Nous voulions voir nos jeunes. Ce soir (samedi), ce n’était pas beau», a lancé Lapointe.

Visiblement nerveux, l’homme masqué de 19 ans a cédé sur le tout premier tir, une frappe de Jack Rodewald avec à peine 18 secondes d’écoulées à la rencontre. Rien pour remettre un jeune homme en confiance.

«C’était spécial de rentrer dans le vestiaire et de voir un chandail du Canadien avec mon nom. Mais ce n’était pas le match que je souhaitais. Je suis devenu plus nerveux après le but rapide», a déclaré Samuel, à son retour au vestiaire.

Dans une classe à part

À la défense du produit du Drakkar de Baie-Comeau, les Sénateurs se sont présentés à cette compétition avec l’équipe la plus solide. De futures vedettes comme Thomas Chabot et Colin White ont démontré qu’ils avaient déjà quelques longueurs d’avance sur les joueurs de leur âge. À l’instar de ces deux espoirs, Andreas Englund a joué quelques matchs dans la LNH la saison dernière.

Même McNiven, impeccable la veille, n’a pas été en mesure de contenir les attaques répétées de ses rivaux. C’est tout dire.

Encore une fois, la fluidité du coup de patin et la vision du jeu de Chabot n’ont laissé aucun doute. Sur le cinquième but des siens, Chabot a offert une passe parfaite à l’endroit de Christian Jaros, dont le tir sur réception n’a laissé aucune chance à Samuel. Il a obtenu une autre mention d’assistance sur le but de Filip Chlapik, le sixième des Sénateurs.

«Ce que je souhaitais, c’est être solide défensivement. Ça a bien fonctionné de ce côté et, en plus, j’ai pu aider l’équipe offensivement», a souligné Chabot.

Francis Perron, un autre membre de la filière québécoise, a également bien tiré son épingle du jeu. Il a récolté trois passes.

«Je voulais surtout démontrer que mon ardeur au jeu était supérieure à l’an dernier, a indiqué Perron. Sur le plan offensif, Logan (Brown) et Jack (Rodewald), ce sont deux gars que je connais bien. Alors, la chimie a opéré assez rapidement.»

Encore Ebbing

Victor Mete et Thomas Ebbing, avec son troisième but du week-end, ont été les marqueurs du Tricolore. D’ailleurs, Ebbing a égalé son total de buts inscrits en 35 matchs, l’hiver dernier, à Michigan State.

Toutefois, l’unité formée de Jeremiah Addison, Daniel Audette et Martin Reway fut la plus menaçante. À lui seul, Addison a dirigé quatre tirs sur Marcus Hogberg.

Reway avait un peu plus de souffle et de jambes que la veille, mais il n’est pas encore au même niveau que les autres. Il lui reste moins d’une semaine pour rattraper le temps perdu puisque le véritable camp d’entraînement se met en branle vendredi.

Le camp des recrues reprendra à Brossard, lundi.