Impact

L’Impact s’enlise au mauvais moment

Publié | Mis à jour

L’Impact devait aller chercher au moins un point, sinon les trois points de la victoire contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, mais il rentre à Montréal les mains vides à la suite d’un revers de 1 à 0, samedi à Foxborough.

Après avoir remporté quatre victoires consécutives, le Bleu-Blanc-Noir vient d’aligner trois défaites pour la première fois de la saison.

Voilà un passage à vide qui ne pouvait arriver à un pire moment puisque le club fait du surplace en plein cœur de la course aux séries.

Il se retrouve au septième rang avec 36 points, autant que l'Atlanta United FC, qui est sixième et qui joue à domicile dimanche.

Malgré la défaite et un second blanchissage de suite, l’Impact n’a pas été mauvais samedi, a assuré Mauro Biello.

«Je pensais qu’on pouvait avoir plus, mais ce n’était pas assez de notre part. Tu ne peux pas gagner des matchs en commettant des erreurs et en n’ayant pas de finition.»

Plein axe

Si Mauro Biello a voulu se prémunir contre les attaques de Kei Kamara, il a atteint son objectif, mais, ce faisant, il a affaibli le centre de son alignement.

Résultat, Lee Nguyen a récupéré un ballon libre à l’extérieur de la surface, a fait se coucher Victor Cabrera et a battu Evan Bush d’un tir bas à la 68e minute.

Le verdict aurait pu être encore plus sévère puisque Diego Fagundez et Kei Kamara ont frappé coup sur coup la barre transversale deux minutes plus tard.

Pourtant, c’est l’Impact qui aurait dû ouvrir la marque quand Chris Duvall a remis un centre à Anthony Jackson-Hamel directement devant Cody Cropper, mais Jackson-Hamel a inexplicablement raté la cible, juste au début de la seconde demie.

Par ailleurs, Biello a été lent à réagir après le but des favoris locaux, attendant une dizaine de minutes avant de faire une première substitution offensive. Il a cependant déploré un manque de qualité dans l’exécution de ses hommes.

«Il nous a manqué l’exécution. On a eu de bonnes occasions, surtout celle de Jackson.»

«Défensivement, on a été bons, mais ce sont de petits détails qui ont fait la différence. Il faut compter et ça fait deux matchs de suite qu’on ne marque pas.»

Soporifique

La première demi-heure de la rencontre a été soporifique, au point où il aura été possible de faire une liste d’épicerie et de toutes les tâches ménagères à faire au retour à la maison.

Jouant dans une formation à cinq arrières pour contrer un maximum de ballons vers Kamara, l’Impact a justement peu touché à la balle, du moins il y a eu peu de possession de qualité.

Il n’y aura eu qu’un coup franc de Blerim Dzemaili dévié par le mur comme menace montréalaise en première demie.

Pendant ce temps, les «Revs» étaient un peu plus actifs à l’autre bout du terrain.

Bush se distingue

Vu le sérieux de la situation, Evan Bush était dans une grande forme et a tenu le fort.

Le vétéran de 31 ans a totalisé cinq arrêts dans les 45 premières minutes. Et chaque tir a forcé le gardien à se distinguer.

Bush a glissé devant Juan Agudelo afin de l’empêcher de tirer, en plus de le frustrer en fin de demie, et il a résisté à une solide frappe de Nguyen.

Il a également très bien lu un tir voilé de Teal Bunbury en plongeant pour le capter.