Football universitaire RSEQ

Une recette gagnante

Publié | Mis à jour

Lors de la saison 2016, les trois rencontres opposant les Carabins de l’Université de Montréal au Rouge et Or de l’Université Laval se sont terminées par un écart de trois points. À l’approche du premier duel de l’année entre les deux meilleures équipes au pays, les botteurs doivent donc s’attendre à jouer un rôle décisif en fin de match.

D’un côté comme de l’autre, les unités spéciales peuvent compter sur d’excellents botteurs en Dominic Lévesque (Rouge et Or) et Félix Ménard-Brière (Carabins), qui a pris part au mini-camp des Giants de New York et a été repêché par les Blue Bombers de Winnipeg.

Toutefois, les deux vétérans ne s’occupent pas des placements depuis le début de la saison et cette décision est payante, puisque le résultat est excellent jusqu’à maintenant.

«On a utilisé les deux mêmes botteurs en 2014 et on a gagné la Coupe Vanier», a mentionné l’entraîneur-chef des Carabins, Danny Maciocia, qui avait alors mené les Bleus à la première conquête du titre national de leur histoire.

«Chaque gars est capable d’effectuer les trois types de bottés si on leur demande. S’il y en a un qui se blesse, c’est bon que l’autre ait vu de l’action et soit prêt à prendre la relève.»

Force mentale

À ce moment-ci de l’année, la condition physique des joueurs est bonne et la technique des botteurs est censée être à point.

Si les botteurs passent peu de temps sur le terrain pendant un match, la pression est souvent très élevée lorsqu’ils doivent tenter d’ajouter trois points au tableau.

L’an passé, en finale de la Coupe Dunsmore, Lévesque avait connu un match atroce en ratant cinq de ses six tentatives de placement.

C’est le receveur Félix Faubert-Lussier qui avait pris sa place en demi-finale canadienne.

«Ça leur enlève de la pression de se diviser le travail. L’autre chose qui est importante, c’est qu’ils sont ensemble sur les lignes de côté. Les botteurs se comprennent entre eux et ça peut les aider», a ajouté Maciocia.

Ménard-Brière partage donc la besogne avec le joueur de troisième année Louis-Philippe Simoneau qui a été parfait lors du premier match de la saison face aux Stingers de Concordia.

De son côté, Lévesque peut se concentrer sur les dégagements, tandis que David Côté est responsable des placements et des bottés d’envoi.

Dans la victoire face aux Redmen de McGill, la semaine dernière, la recrue du Rouge et Or a placé le ballon entre les deux poteaux quatre fois en autant de tentatives, à la suite de ses placements.