Cyclisme

GPCQM : le promoteur Serge Arsenault confiant pour l'avenir

TVA Sports et AFP

Publié | Mis à jour

Le président des Grands Prix cyclistes de Québec et Montréal, Serge Arsenault, est confiant de voir les courses au calendrier pour les 10 prochaines années.

Écoutez ses propos dans la vidéo, ci-dessus.

L'homme d'affaire québécois croit toutefois avoir été mal cité par des journalistes français, qui ont avancé que les événements de Québec et Montréal étaient confirmés et les contrats signés.

«Je ne voudrais pas être politicien et inclus dans le club des mal-cités, mais tout ça est à l’origine d’un article de L’Équipe avec des journalistes étrangers», a-t-il expliqué.

«On n’a pas commencé les négociations... je n’ai jamais négocié.»

M. Arsenault a corrigé le tir pendant la huitième édition, en précisant que la course est déjà assurée d'avoir lieu en 2018 et en 2019. Il n'y a donc pas eu de pourparlers, puisque cette démarche est prématurée à l'heure actuelle.

«Il nous reste un an et demi de contrat, a assuré M. Arsenault. Ce n'était pas dans mes projets de commencer à négocier avant deux ans.»

Selon l'Agence France Presse, qui avançait une entente de 10 ans, l'homme d'affaires canadien a déjà injecté 70 millions de dollars (48 millions d'euros) depuis la création de ces deux épreuves World Tour en 2010.

Arsenault rêve en outre d'une troisième épreuve à l'est du continent américain. Boston et New York ont jadis été évoquées.

«S'il y a un troisième Grand Prix, il faudra penser aux sprinteurs car Québec est dédié aux puncheurs et Montréal aux grimpeurs, a-t-il signalé.

«Il faut envahir les villes. Amener les coureurs vers les gens, pas les gens vers les coureurs.»