Football universitaire RSEQ

Prêts pour la bataille de l’autoroute 20

Publié | Mis à jour

À l’aube du premier duel de la saison de la bataille de l’autoroute 20 entre le Rouge et Or de l’Université Laval et les Carabins de l’Université de Montréal, tous sont excités de renouer avec les grands rivaux.

« Tout le monde réalise de plus en plus que c’est la seule rivalité qui existe encore au Québec qui a de l’allure, lance l’entraîneur-chef des Bleus Danny Maciocia d’entrée de jeu. Ce sont toujours des parties intéressantes et tous ont hâte. Les gens ont droit à un bon spectacle. Même si nous avons droit à des parties très physiques, il y a un grand respect entre les deux organisations. C’est unique comme rivalité. »

« C’est toujours une semaine spéciale quand nous affrontons Montréal, renchérit l’entraîneur-chef du Rouge et Or, Glen Constantin. On aura droit encore à une rencontre serrée et émotive. »

Importance de la préparation

Les deux entraîneurs sont élogieux envers l’adversaire.

« Leur front défensif sera dominant toute la saison, a prévenu Maciocia. Il faudra oublier les performances de 150 verges par la course ou de 400 verges par la passe. Leur défensive est plus aguerrie et ça va être tout un défi. Leur quart-arrière (Hugo Richard) joue le meilleur football de sa carrière et leurs receveurs sont tous impliqués, ce qui ajoute un stress de plus parce que nous devons défendre tout le terrain, ce qui est différent. »

« Leur offensive a complètement changé avec des concepts différents, poursuit Maciocia. Le nombre de receveurs en mouvement est plus grand et leur alignement est différent. »

Constantin se méfie autant des Bleus malgré le départ de grosses pointures en défensive.

« Ils ont toujours eu un front physique et agressif et leur identité ne changera pas, a assuré le pilote lavallois. Leur ligne tertiaire est athlétique. On se partage le recrutement au Québec et ils misent sur de bonnes recrues. Il ne faut pas tomber dans la trappe des départs. On a eu droit à des parties serrées l’an dernier même si nous avions perdu plusieurs joueurs, et je prévois la même chose cette année. On doit se préparer comme des champions. »

Relève

Maciocia croit que les plus jeunes seront en mesure de prendre la relève sur la ligne défensive.

« Nous avons perdu de gros morceaux, a convenu l’ancien dirigeant des Eskimos d’Edmonton, mais nous avons des jeunes qui vont se faire un nom, qui sont dynamiques, qui seront avec nous quelques années et qui nous donneront une chance de compétitionner. Nous sommes à l’aise de les embarquer dès cette année. On devrait avoir du succès à un moment donné. »

Qui sont les favoris ? « La meilleure équipe pendant trois heures va gagner, a résumé Maciocia. On ne peut pas parler de l’avantage du terrain puisque les deux équipes ont perdu à domicile l’an dernier. Dix à douze jeux feront la différence. »