Impact

Heureux de retrouver Ciman et Dzemaili

Publié | Mis à jour

L’Impact a poursuivi sa préparation en vue son match du weekend, jeudi, alors qu’il s’est entraîné sous une pluie diluvienne au Centre Nutrilait.

Le groupe a pu compter sur le retour de deux de ses cadres, le défenseur Laurent Ciman et le milieu Blerim Dzemaili, revenus d’un séjour de quelques jours au sein de leurs équipes nationales respectives. Des séjours fructueux, d’ailleurs, puisque Ciman et la Belgique ont confirmé leur qualification en vue de la Coupe du monde, alors que Dzemaili et la Suisse n’ont maintenant besoin que d’une victoire pour y arriver.

«Quand ils sont là, ça fait que l'équipe a un niveau supérieur, a observé le capitaine Patrice Bernier. Si on parle de Blerim, offensivement, il apporte beaucoup et il enlève les yeux qui sont rivés sur "Nacho" (Ignacio Piatti).»

«Avoir Blerim en complémentarité de "Nacho",  ça va être important pour nous, surtout à l'extérieur, où ils sont très performants tous les deux», a pour sa part mentionné le défenseur Hassoun Camara.

Sur du synthétique

Les joueurs ont également pris soin de s’entraîner sur du gazon synthétique, jeudi, afin de mieux se préparer pour la rencontre de samedi contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, qui sera disputée sur ce type de surface au Gillette Stadium de Foxboro.

«Quand t'es habitué à l'herbe naturelle, c'est un changement, a admis Bernier. Ça va sur le corps, sur les appuis, sur la façon dont le ballon circule.»

L’Impact possède cependant l’expérience nécessaire pour s’en sortir.

«On a eu du succès sur le synthétique, notamment au Stade olympique, dans le passé, a souligné l’entraîneur adjoint Wilfried Nancy. Oui, c'est vrai, c'est une surface dont on n'a pas trop l'habitude, mais on connaît ça.»

Toujours dans la course

Comme le disait le défenseur Deian Boldor mardi à «l’Impact cette semaine», chacun des huit matchs restants à la saison régulière sera «comme une finale».

L’Impact, avec ses 36 points et son actuelle septième place au classement dans l’Est, est toujours dans la course aux éliminatoires. Mais il n’y a plus de place pour un faux pas.

«On est concentrés sur la tâche, on sait qu'on est encore dans la lutte, a indiqué Camara. C'est ce qui est important. On va tout faire pour rééditer les performances qu'on a connues l'année dernière, par exemple.»

Voyez le reportage de Frédérique Guay dans la vidéo ci-dessus.