Impact

James Pantemis s'entraînera avec le FC Bologne

Agence QMI / Dave Lévesque

Publié | Mis à jour

L’Impact de Montréal compte trois gardiens sous contrat en Evan Bush, Maxime Crépeau et Eric Konberg, mais il y en a un quatrième qui travaille tout aussi fort chaque jour: James Pantemis.

Le nom ne vous dit sans doute rien, mais ce serait une bonne idée de le retenir parce que le jeune homme de 20 ans, originaire de Kirkland, commence à figurer de plus en plus dans les plans de l’équipe.

En tout cas, assez pour qu’il prenne la direction de Bologne, samedi, pour effectuer un stage de trois semaines avec le Bologna FC, l’autre club de Joey Saputo.

«Je suis très excité, j’ai eu la chance de rencontrer le coach ici il y a quelques mois et j’ai eu un bon "feeling"», a avoué le sympathique jeune homme.

Évaluation

Un tel séjour permet à l’équipe de mesurer la progression de ses joueurs en les plaçant dans une situation différente.

«C’est un environnement différent et c’est une expérience qui peut les aider quand ils reviennent ici», a expliqué l’entraîneur adjoint Jason Di Tullio.

«David Choinière et Ballou [Tabla] y sont allés, et en discutant avec eux, ils nous ont dit à quel point c’est différent. Et c’est un environnement où personne ne les connaît.»

Pour se préparer à son séjour, Pantemis a justement pu compter sur l’aide d’un autre gardien, Crépeau, qui a vécu le même genre d’expérience en Italie.

«J’ai parlé à Maxime et il m’a donné de très bons conseils. Il m’a dit d’aller là-bas, de faire mon travail et d’écouter.»

Confiance

Pantemis s’est joint à l’Académie de l’Impact en 2014 et a gravi les échelons. Il a brièvement porté les couleurs du FC Montréal en USL, la saison dernière, mais il s’est déchiré le ligament latéral au genou droit en juin 2016, ce qui a mis un terme à sa saison.

«Je sens que le club s’occupe de moi, surtout avec ma blessure. C’est un "boost" de confiance de voir qu’ils veulent me voir progresser dans le futur.»

Et pour l’équipe, ça allait de soi d’être patient avec Pantemis.

«On voit le potentiel, mais il faisait aussi partie de l’Académie, alors il fait partie de la famille et on voulait lui donner une chance de se remettre de sa blessure pour voir ce qu’il peut faire», a soutenu l’entraîneur des gardiens de but, Jack Stern.

Potentiel

Le terme «potentiel» est souvent revenu dans le discours de Stern, qui semble aimer beaucoup Pantemis.

«Il a énormément de potentiel et s’il est autour du club d’une façon quotidienne, nous pensons qu’il peut avoir le potentiel pour être l’un de nos gardiens. Il doit continuer de travailler fort et de m’impressionner.»

Et le vétéran, Evan Bush, semble lui aussi voir un seuil très élevé pour le jeune homme de l’ouest de l’île.

«C’est un jeune avec un très bel avenir devant lui. Il a de bons attributs. Il a un bon gabarit et sa technique est fantastique. Maintenant, il doit bâtir sa charpente un peu.»

Pas de contrat

Pour le moment, Pantemis s’entraîne avec l’Impact même s’il n’a pas de contrat, ce qui ne le dérange pas du tout.

«Présentement, je ne pense pas vraiment à ça, je pense surtout à aider l’équipe et particulièrement les gardiens pour les aider à gagner des matchs.»

«Je prends beaucoup d’expérience avec la première équipe en côtoyant des gardiens comme Eric, Evan et Max. Ils m’ont beaucoup aidé dans l’aspect mental et dans mon jeu.»

Comme Kronberg est dans une année de transition, s’impliquant beaucoup comme entraîneur avec Stern, il ne serait pas surprenant qu’il annonce sa retraite dans quelques mois. La porte serait donc ouverte pour Pantemis.