MLB

Les Red Sox ont volé les signaux de leurs adversaires avec une Apple Watch

Publié | Mis à jour

Les Red Sox de Boston ont admis avoir utilisé une Apple Watch dans le but de voler les signaux de leurs adversaires, une tactique illégale et en place depuis déjà plusieurs semaines, rapporte le New York Times.

Les enquêteurs du baseball majeur ont déterminé que les Red Sox avaient bien enfreint le règlement en volant les signaux des receveurs des Yankees de New York et d’autres équipes du circuit, affirment des sources consultées par le quotidien new-yorkais.

Ce sont les Yankees qui ont soumis une plainte au bureau du commissaire, accusant les Red Sox des faits reprochés. Le directeur général des Yankees Brian Cashman a également remis à la MLB des enregistrements réalisés par les Yankees de l’abri des joueurs des Red Sox corroborant leurs accusations.

Les Yankees ont longtemps soupçonné leurs grands rivaux de voler leurs signaux au Fenway Park. Dans cette vidéo, on y voit Jon Jochim, l’un des membres du personnel d’entraîneurs des Red Sox, qui regarde sa montre Apple et qui envoie ensuite des signaux au voltigeur Brock Holt et au joueur de deuxième but Dustin Pedroia. Puis, ce dernier relaye l’information au voltigeur Chris Young.

Plusieurs membres du groupe d’instructeurs des Red Sox auraient déjà été questionnés par les enquêteurs du baseball majeur, tout comme Young, un ancien des Yankees.

L’organisation aurait expliqué aux enquêteurs que son personnel qui analyse les reprises vidéo envoyait de l’information électroniquement aux entraîneurs, qui relayaient ensuite l’information aux joueurs à l’aide de signaux.

Le règlement stipule qu’il est interdit d’utiliser des jumelles ou tout instrument électronique afin de voler ou de communiquer des signaux de l’équipe adverse.

Les gens questionnés auraient aussi précisé que le directeur général Dave Dombrowski, le gérant John Farrell et les autres membres de l’état-major des Red Sox n’étaient pas au courant de cette opération.

Questionné par le réseau ESPN quelques heures avant l’affrontement contre les Orioles de Baltimore en soirée, le vétéran des Yankees Brett Gardner ne s’est pas défilé.

«On se doutait bien qu’il se passait quelque chose», a-t-il avoué.

Les deux organisations ont refusé de commenter l’affaire, tout comme les dirigeants des ligues majeures.

La formation du Massachusetts détenait une avance de deux matchs et demi sur les «Bombardiers du Bronx» au sommet de la section Est de la Ligue américaine, avant les rencontres prévues en soirée.

Les Red Sox ont répliqué aux Yankees en formulant une plainte au commissaire, affirmant que l’équipe new-yorkaise utilise les caméras de la chaîne YES pour elle aussi voler les signaux durant les matchs.

Le New York Times compare cette situation à celle du Spygate, quand les Patriots de la Nouvelle-Angleterre avaient été pris en flagrant délit d’espionnage de leurs adversaires il y a de cela une décennie. À l’époque, le commissaire de la NFL Roger Goodell avait retiré un choix de premier tour aux Pats en plus de mettre à l’amende l’équipe et son entraîneur Bill Belichick pour leur comportement durant l’enquête.

On ne sait toujours pas comment le commissaire du baseball majeur Rob Manfred réprimandera les Red Sox ni comment il gèrera leur contre-plainte.