Boxe

Eleider Alvarez tient mordicus à affronter Adonis Stevenson

Publié | Mis à jour

Depuis qu’il a remporté son titre d’aspirant obligatoire WBC en novembre 2015, Eleider Alvarez s’était montré bon joueur envers le champion de cette organisation, Adonis Stevenson. Toutefois, il n’a plus l’intention de passer son tour.

Lors d’un point de presse en après-midi hier, Alvarez (23-0, 11 K.-O.), son gérant Stéphane Lépine et son entraîneur Marc Ramsay ont tenu à réagir aux propos de Stevenson tenus durant une entrevue diffusée à TVA Sports.

Celui-ci mentionnait notamment qu’il souhaitait croisait le fer avec Andre Ward pour une unification des ceintures chez les 175 lb ou Badou Jack qui a remporté le titre intérimaire WBA samedi dernier contre Nathan Cleverly. Il a également affirmé qu’un combat contre Alvarez ne serait pas assez attrayant et payant pour qu’il intéresse les chaînes de télévision américaine.

Voyez dans la vidéo ci-dessus l’entrevue accordée par Eleider Alvarez au bulletin TVA Sports de 17h. 

Comme on le dit si bien, la mémoire est une faculté qui oublie. Avant son dernier affrontement contre Andrzej Fonfara, le champion québécois (29-1, 24 K.-O.) avait signé une lettre écrite dans laquelle il s’engageait à se mesurer à Alvarez à son prochain duel advenant une victoire.

C’est ce document que le clan Alvarez a fait valoir au président du WBC, Mauricio Sulaiman, mercredi matin, lors d’une conférence téléphonique avec son gérant.

«C’est quelque chose qu’on avait négocié avant le combat d’Eleider contre Jean Pascal afin de protéger ses intérêts, a indiqué l’entraîneur Marc Ramsay. Quand on a vu le triomphe de Badou Jack samedi dernier, on a senti qu’il se dessinait quelque chose. Il est seulement champion intérimaire WBA.

«Sulaiman a confirmé à Stéphane qu’Adonis Stevenson n’affrontera personne d’autre qu’Eleider Alvarez à son prochain combat où il perdra son titre. S’il souhaitait une unification des titres, il devait annoncer ses intentions avant le 11 août, mais ça n’a pas été fait.»

Pour ce qui est de la date et du lieu du combat, GYM, qui est le promoteur des deux boxeurs, aurait jusqu’à la convention de la WBC prévu pour le début du mois d’octobre pour annoncer ses couleurs. Si ce n’est pas le cas, Stevenson serait à nouveau menacé de perdre sa ceinture.

Pas vendeur ?

Le clan Alvarez a aussi été piqué par les propos de Stevenson selon lesquelles un choc entre lui et Alvarez ne serait pas très attrayant pour les réseaux de télé. Lépine a répondu par la bouche de ses canons.

«Lorsqu’il dit que ce combat ne serait pas vendeur, c’est lui le problème. C’est lui qui ne l’est pas, a souligné le gérant d’Alvarez. Il ne vend pas de billets aux guichets et de télévision à la carte.»

Ramsay en a rajouté une couche.

«J’ai regardé le combat de Cotto qui a affronté un Japonais inconnu en fin de semaine et il y a toujours un réseau de télé qui diffuse ses combats. C’est la même chose pour Andre Ward, a-t-il souligné. Je ne crois pas que c’est le cas de Stevenson. Vous allez me faire à croire qu’on a été capable de susciter un intérêt avec des adversaires comme Karpency ou Sukhotsky pour apporter la télé américaine au Québec sans que ce soit le cas pour Alvarez qui est supérieur à tous les boxeurs qu’il a affrontés depuis le début de son règne?»

Une question qui est logique. Ils ont également ajouté que son boxeur n’accepterait pas de montant d’argent pour s’écarter de la route de Stevenson.

Le promoteur de Stevenson et d’Alvarez, Yvon Michel, n’était pas présent à la conférence de son poulain par souci d’impartialité.