Coupe Rogers

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Tennis

Une volée à peaufiner pour Shapovalov

Publié | Mis à jour

Pendant ses matchs excitants à la Coupe Rogers, Denis Shapovalov a démontré qu’il avait encore du travail à faire avant d’être un joueur complet. Depuis sa défaite en demi-finale contre Alexander Zverev, il a tenté de corriger certaines lacunes au niveau de ses volées.

C’est justement sur cet aspect technique que le tennisman de 18 ans a travaillé pendant plusieurs minutes avec son entraîneur Martin Laurendeau, jeudi, sur l’un des courts du Centre national de Tennis Canada. Il a effectué près d’une cinquantaine de répétitions afin d’être plus à l’aise lorsqu’il devra s’amener au filet durant ses prochains matchs.

«C’est une grosse partie de mon jeu, a indiqué Denis Shapovalov. Elles (ses volées) n’étaient pas à point la semaine dernière pendant le tournoi.

«En faisant quelques exercices, nous voulions nettoyer les petites erreurs. Par contre, dès le début, Martin m’a dit que ça me prendrait au moins trois ans avant d’atteindre mon plein potentiel. On travaille sur cela tous les jours.»

À plusieurs reprises durant ses duels contre Juan Martin Del Potro ou Rafael Nadal, il n’a pas été en mesure de négocier avec des balles à la hauteur de ses chevilles alors qu’il était en direction du filet. Avec une volée efficace, il aurait pu placer ses adversaires dans une position inconfortable.

Une nouvelle célébrité

En plus de gagner plusieurs échelons au classement de l’ATP, Shapovalov doit maintenant composer avec le fait d’avoir plusieurs nouveaux partisans. Toutefois, ça ne lui déplaît pas.

«J’apprécie cette nouvelle facette de mon quotidien, a-t-il indiqué. Je l’ai constaté il y a deux jours quand je me promenais dans un centre commercial de Toronto. J’ai été reconnu par quelques personnes et j’en profite au maximum.

«Ce qui est arrivé, ça change une vie.»

Par exemple, son nombre d’abonnés sur Twitter a explosé depuis une semaine et il en compte maintenant plus de 22 000.

«C’est un peu fou, a admis Shapovalov. C’est bien beau tout cela, mais je dois me recentrer sur mon jeu. Il y a encore beaucoup de travail à faire pour réaliser mes rêves.»