Course Automobile

Grand Prix de Trois-Rivières : Tagliani résiste

Publié | Mis à jour

Alexandre Tagliani est le nouveau patron au Grand Prix de Trois-Rivières.

Le pilote de Laval est sorti vainqueur d’une course beaucoup moins mouvementée que prévu après avoir devancé Andrew Ranger et Marc-Antoine Camirand dimanche, à l’occasion de la neuvième étape de la série NASCAR Pinty’s.

Devant leur public, les pilotes québécois ont confirmé leur domination. Louis- Philippe Dumoulin, Alex Labbé et Jean-François Dumoulin ont complété le groupe des six premiers à l’arrivée.

Autant les échanges musclés avaient marqué la présence précédente au Québec des bolides de la série canadienne, à Mirabel en juillet, autant cette épreuve en Mauricie, à part quelques accrochages isolés, s’est conclue sans grande controverse.

Combattant une bronchite, Tagliani s’est emparé de la tête au 27e tour pour ne plus jamais la quitter.

«J’ai peiné pour rester concentré, a expliqué celui qui a remporté sa première victoire à Trois-Rivières en NASCAR. Je n’étais pas au sommet de ma forme, mais l’important c’est d’avoir pu résister à Andrew. Nous avons prouvé que notre voiture était compétitive une fois de plus, mais cette fois ça s’est bien terminé.»

Drapeau jaune tardif

Un drapeau jaune agité alors que le dernier tour était entamé par le meneur aurait pu tout bousiller si son plus sérieux poursuivant avait réussi à le surprendre en fin de parcours.

«Le drapeau blanc [signifiant le dernier tour] a été déployé devant la ligne de départ/arrivée et le jaune, lui, a été montré quelques virages plus tard, a raconté Tagliani. La course aurait dû se terminer là. Je pense qu’ils [les dirigeants de la série] voulaient relancer l’épreuve...»

Tagliani aurait certes été furieux si Ranger avait réussi à le devancer lors de la prolongation de trois tours. Mais là encore, une controverse a été évitée.

Encore deuxième

Le pilote de Granby, qui s’était élancé de la position de tête, se promettait bien de tenter une ultime manœuvre pour surprendre Tagliani. Mais en vain.

«J’ai manqué mon départ lors de la dernière relance, a souligné Ranger. La voiture n’a pas décollé comme je le voulais. J’ai réussi à me rapprocher de lui au tout dernier tour, mais sans parvenir à le doubler. J’espérais aussi une erreur de sa part qui n’est jamais venue.»

Ranger accède à la deuxième marche du podium pour la cinquième année de suite à Trois-Rivières.

«Je ne sais plus ce que ça prend pour gagner ici, a-t-il dit à la blague. La voiture était performante, mais j’ai manqué de freins vers la fin. C’est la première fois que ça m’arrivait ici. Et puis Alex roulait très vite.»

À Toronto, le mois dernier, les deux animateurs de l’épreuve de dimanche avaient été impliqués dans un accrochage qui avait choqué Ranger. Cette fois, tout s’est déroulé dans l’ordre.

Camirand, limité à seulement quatre présences cette année en NASCAR Pinty’s, était évidemment heureux de son podium, son deuxième d’affilée.

«Je souhaitais juste que Tagliani et Ranger s’accrochent devant moi pour prendre les commandes de la course», a dit le pilote de Saint-Léonard-d’Aston, dont la victoire, au risque de se répéter, est proche.

Ses solides performances sont d’ailleurs de bon augure pour lui assurer un volant à temps plein dans la série l’an prochain.

Abandon coûteux pour Lacroix

Ce Grand Prix de Trois-Rivières n’aura toutefois pas souri à Kevin Lacroix, qui tentait de le remporter pour la troisième année de suite.

«Nous avions une voiture moins performante que l’an dernier, mais elle aurait pu nous procurer au moins une place sur le podium, a dit le pilote de Saint-Eustache, qui a ouvertement critiqué le comportement de Labbé à sa sortie de voiture.

«Il m’a touché une première fois dans le virage un, sans doute pour se venger de notre contact à Mirabel. Puis il m’a frappé une deuxième fois dans la courbe suivante. C’était un coup bas.»

Lacroix n’a pas pu éviter le dérapage après l’incident survenu au 25e tour.

Lacroix n’était pas au bout de ses peines puisqu’une quinzaine de tours plus tard, il était contraint à l’abandon pour cause de problème de boîte de vitesse.

«Labbé et Tagliani ont été les plus virulents à mon égard à Mirabel, a-t-il renchéri, m’accusant de tous les maux, mais ils ont carrément sorti des adversaires au cours des dernières courses...»

Labbé, lui, fait une excellente opération puisqu’il porte sa récolte de points à 385, soit 23 de plus que Lacroix. Caydon Lapcevich (352), Louis-Philippe Dumoulin (348) et D.J. Kennington (325) complètent les cinq premières places au tableau.
«J’aimerais bien voir la reprise de l’incident, a affirmé Labbé. Nous nous sommes touchés, Lacroix et moi, dans un virage, mais je ne suis pas responsable de son dérapage. Il y a erreur sur la personne.»