Coupe Rogers

Roger Federer : «Il a mieux joué que moi»

Publié | Mis à jour

Roger Federer s’est frotté à plus fort que lui en finale de la Coupe Rogers et il n’a pas hésité à la reconnaitre à sa sortie du court central.

«Il (Zverev) a simplement mieux joué que moi, a souligné Roger Federer lors d’une conférence de presse. Bien sûr, je suis déçu de mon match. J’aurais pu livrer une meilleure performance.

«J’aurais voulais être un peu plus agressif et rendre le match un peu plus serré. J’ai eu mes chances, mais il a extrêmement bien joué comme il l’a fait pendant toute la semaine et durant le tournoi à Washington.»

Pendant son parcours vers la finale, Federer n’avait pas commis beaucoup d’erreurs sur le terrain. Contre Zverev, il n’affichait pas le même mordant dans les longs échanges ou dans ses attaques au filet.

Ce revers met fin à sa série de 17 victoires de suite qu’il avait commencée il y a quelques semaines.

De retour à Montréal en 2019 ?

L’une des questions qui étaient sur toutes les lèvres à l’issue de la rencontre: est-ce qu’on a été témoin du dernier match de Federer au Stade Uniprix ?

Le principal intéressé n’a pas voulu faire de promesse.

«C’est encore très loin. C’est comme ma participation aux Jeux de Tokyo en 2020, a fait remarquer le Suisse. Je ne sais pas ce qui va se passer lors des deux prochaines années. Ma défaite d’aujourd’hui (dimanche) est décevante aussi un peu pour cette raison, car je ne peux pas revenir ici en 2018.

«Je n’ai jamais gagné ce tournoi. J’espère que je pourrai revenir à Montréal, mais je ne suis pas sûr pour le moment.»

S’il continue de gagner sur une base régulière et qu’il demeure en santé, sa présence pour l’édition 2019 de la Coupe Rogers n’est pas impossible.

Après son point de presse, Federer a pris le premier avion en direction de Cincinnati. Toutefois, il n’a pas confirmé sa participation à ce tournoi.

«Je vais voir comment je me sens et je vais prendre la décision dans les deux prochains jours, a mentionné Federer. J’ai ressenti de la douleur à certains muscles. Après quelques jours de vacances, c’est un choc pour le corps de jouer pendant cinq jours de suite sur des terrains à surface dure.»

Il ne forcera pas la note, car il aimerait être présent aux Internationaux des États-Unis. S’il parvient à les gagner, Federer mettrait la main sur un troisième titre majeur cette année.

Lendl toujours dans la mire

Federer est reparti de Montréal avec 93 titres en carrière en poche. Il est donc toujours à un sacre d’égaler Ivan Lendl au deuxième rang de l’histoire.

«Je suis parvenu à un niveau que je ne croyais jamais être en mesure d’atteindre, a expliqué Federer au cours de la semaine. Chaque conquête que tu peux ajouter est excitante.

«J’ai toujours dit que le classement, si tu n’es pas au premier rang, ne compte pas vraiment, a-t-il ajouté. C’est secondaire. Maintenant, je suis chanceux, car je peux avoir les deux dans ma mire.»

Le mot constance résume bien sa carrière et il en est bien conscient.

«Tout est fragile. Tu ne sais pas si tu seras capable de percer le top 100 ou le top 10 ou même de gagner un tournoi, a-t-il affirmé. Il y a beaucoup d’incertitudes au début. Il n’y a pas un moment où tu te dis: est-ce que je vais gagner 94 titres en carrière ?

«Si tu y vas d’une telle déclaration, les gens vont dire que tu es un peu fou.»