Finale de football universitaire Canadien, la Coupe Vanier au Stade Tim Horton de Hamilton entre les Dinos de Calgary et le Rouge et Or de Laval

Crédit : Daniel Mallard/Agence QMI

Football universitaire RSEQ

Porteur de ballon demandé chez le Rouge et Or

Publié | Mis à jour

Qui prendra la relève du porteur de ballon Sébastien Serré, qui a pris sa retraite quelques semaines avant le début du camp d’entraînement?

Il n’était pas partant, jouant derrière Vincent Alarie-Tardif et Christopher Amoah, mais Serré était fort utile dans un rôle bien précis où ses qualités de receveur étaient mises à contribution. Un autre ancien des Faucons de Lévis-Lauzon pourrait avoir son mot à dire dans l’équation.

Ironiquement, Vincent Breton-Robert a opté pour le chandail numéro 27, laissé libre par Serré qui a pris tout le monde par surprise en renonçant à ses deux dernières années d’admissibilité.

« Ce n’est pas moi qui vais décider, mais c’est vrai que nous avons des styles semblables, a indiqué le porteur de ballon qui est de retour au jeu après une année sabbatique. Je me sens bien et je suis content de revenir au jeu. Je veux simplement donner mon 100 % et faire de mon mieux. La rouille est sortie lors du camp de printemps en Floride. »

Les jumeaux

Vincent a retrouvé son jumeau Jonathan, qui a connu des séries du tonnerre l’an dernier, ayant notamment été nommé joueur par excellence de la Coupe Dunsmore dans une victoire dramatique face aux Carabins de l’Université de Montréal. Ils ont joué ensemble avec les Faucons et à l’école secondaire de Saint-Anselme dans les rangs scolaires. « On se tient ensemble », a-t-il précisé.

Luca Perrier est un autre porteur recrue qui est capable de se démarquer comme receveur. « C’était imprévu, le départ de Sébastien, mais je ne dois pas changer mon état d’esprit, a souligné le produit du campus Notre-Dame-de-Foy. J’ai prouvé que j’étais capable de me débrouiller comme receveur, mais ce n’est pas ma force. Je veux montrer ma polyvalence pendant le camp. »

Victime d’une fracture à un pied lors du dernier jour du camp de printemps, Perrier a eu besoin d’une période de réadaptation de 72 jours, mais il est maintenant parfaitement rétabli.