Impact

Blerim Dzemaili se charge de l'Union

Publié | Mis à jour

L’Impact avait besoin d’une bonne performance et il l’a livrée en l’emportant 3 à 0 sur l’Union de Philadelphie grâce à trois buts en deuxième demie, dont deux par Blerim Dzemaili.

Il s’agissait d’une seconde victoire consécutive pour la première fois depuis le 6 juin.

Disputant un match presque sans faute, l’Impact a frappé quand l’occasion s’est présentée, au grand dam des 15 297 spectateurs qui s’étaient déplacés au Talen Energy Stadium.

Celle-ci est venue à la suite d’une longue passe de Laurent Ciman vers Daniel Lovitz qui a ensuite centré pour Dzemaili qui n’allait pas rater pareille chance, redirigeant le ballon au fond du filet pour marquer son 5e de la saison à la 69e minute. Il a ajouté son 6e avec un superbe tir à la 94e.

Trois minutes plus tôt, l’Impact a évité la catastrophe dans un rare moment de flottement défensif au cours duquel Giliano Wijnaldum a frappé le poteau gauche.
Ignacio Piatti a inscrit l’autre but des siens en marquant son 10e de la saison sur un tir de pénalité obtenu par Dzemaili.

«C’est une excellente performance, on a contrôlé le jeu, on a créé des occasions en première demie et on a poussé un peu plus en deuxième demie pour les prendre sur la contre-attaque», a lancé un Mauro Biello satisfait.

Pas de gain

Grâce à cette victoire, le onze montréalais est passé de la 9e à la 7e place dans l’Association Est avec 30 points.

Il n’a toutefois pas gagné de terrain sur la 6e place puisque le Crew de Columbus l’a emporté contre le Fire de Chicago pour rejoindre Atlanta au cinquième rang avec 35 points.

Il s’agit d’une seconde victoire à l’étranger pour l’Impact, dont la dernière réussite en déplacement remontait au 6 mai, à Washington.

On peut aussi dire que l’Impact a le numéro de l’Union puisqu’il l’a battu à deux reprises cette saison en plus d’obtenir un verdict nul lors de sa première visite à Chester, plus tôt cette année.

Cohésion

L’Impact a joué une très bonne première demie à l’étranger en ayant même un avantage sur l’Union pour ce qui est de la possession.

On a u un Bleu-blanc-noir qui affichait plus d’envie qu’un adversaire un peu trop attentiste.

Du reste, lors des rares percées de l’Union, l’Impact a fait montre d’une belle cohésion défensive pour éloigner les menaces.

On pense ici à une tête plongeante de Daniel Lovitz devant Fafa Picault pour éviter une échappée et à un repli de Victor Cabrera pour freiner C.J. Sapong.

Qui plus est, Evan Bush, même s’il a été peu sollicité, a semblé plus assuré que lors de ses dernières sorties.

Il s’est entre autres signalé face à Fafa Picault qui avait battu Cabrera en seconde demie.

L’apport de Piette

Si l’Impact a semblé mieux gérer le jeu, l’apport de Samuel Piette y a été pour quelque chose.

«Samuel a été incroyable, c’est une performance extraordinaire dans laquelle il a démontré tout ce qu’il pouvait faire, a insisté Biello. Il a été bon en récupération et a joué des balles simples.

«Il est capable de casser le jeu et de bien le lire, il devient un pivot pour nous.»

Le Repentignois, qui amorçait un premier match dans le maillot montréalais, a été dominant en complétant presque 100 % de ses passes tout en réussissant quatre tacles et six récupérations dans les seules 45 premières minutes.

Malgré ses 22 ans et son statut de nouveau venu, Piette s’est rapidement imposé dans le schéma défensif de l’Impact. Et ça s’est poursuivi en seconde demie.

Dès les premières minutes, on l’a vu parler fréquemment à ses coéquipiers pour diriger la circulation à l’arrière.

L’Impact disputera deux matchs cette semaine. Le Fire de Chicago sera au Stade Saputo mercredi et le Real Salt Lake lui succédera samedi soir.