Impact

Un premier départ pour Samuel Piette

Publié | Mis à jour

Samuel Piette sera certainement l’un des joueurs les plus fébriles samedi soir puisqu’il risque fort bien d’amorcer son premier match dans le maillot de l’Impact de Montréal.

«Je suis très excité parce que c’est mon premier match avec l’équipe, j’ai hâte de voir comment ça se déroule à l’extérieur du terrain, mais j’ai déjà une bonne chimie avec les autres gars», a admis le Repentignois qui ne cache pas une certaine nervosité.

«Je sais qu’il y a plus de personnes qui regardent, que ce soit les médias ou ma famille.»

Mauro Biello n’a pas dévoilé ses cartes, mais avec les absences de Marco Donadel et Hernan Bernardello, tous deux blessés, les chances de voir Piette sont élevées.

«C’est une bonne option pour moi. Il a des qualités sur le plan de la récupération et de la simplicité dans son jeu.»

Avec Bernier

Si Piette amorce la rencontre, il devrait le faire aux côtés de Patrice Bernier, ce qui aura pour effet de le calmer.

«Patrice transmet du calme sur le terrain, il est très serein, a expliqué le milieu de 22 ans. Quand j’ai joué avec lui à la Gold Cup avec l’équipe nationale, c’était quelqu’un d’important à avoir sur le terrain quand il y avait des moments difficiles, il mettait le pied sur le ballon et calmait les gars un peu.

«En l’ayant à mes côtés, c’est sûr que ça va m’aider à me calmer et qu’il va pouvoir me guider.»

Biello a reconnu que le fait d’avoir un coéquipier qui a déjà joué avec Piette était un avantage.

«Avec l’équipe nationale, ils ont joué ensemble et il y a déjà de la cohésion entre eux.

Familiarisation

Piette, qui a joué toute sa carrière professionnelle en Europe, va maintenant devoir s’adapter au style de jeu de la MLS, qui est plus robuste.

«Sur le plan du soccer, j’ai hâte d’embarquer sur le terrain pour voir comment ça se passe. Il va y avoir une période d’adaptation parce que les entraînements, ce n’est pas comme les matchs.

«Si je réussis à prendre des minutes, je vais voir le niveau de jeu de la MLS. Mais dans les entraînements, je vois que c’est intense.»