Crédit : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Alouettes

Une première mission pour Brandon Rutley

Publié | Mis à jour

Il manquera un gros morceau dans le champ-arrière des Alouettes pour leur rencontre contre le Rouge et Noir d’Ottawa: Tyrell Sutton.

Le porteur de ballon a subi une contusion à un mollet lors de la rencontre contre Calgary et il ne sera pas en mesure d’être à son poste. C’est dommage parce qu’il trônait au premier rang de la LCF pour les verges amassées au sol avec 295.

«Ce n’est pas trop sévère, a confirmé l’entraîneur-chef Jacques Chapdelaine. Par contre, même si Tyrell avait été en santé, on envisageait d’utiliser Brandon Rutley comme partant pour la rencontre contre Ottawa.»

Ce n’est pas la première fois que Rutley est appelé à remplacer Sutton au cours d’une saison. Il l’avait notamment fait l’an dernier alors que le partant était tombé au combat en raison d’une blessure à un genou.

«Ce n’est pas un plus gros défi que ceux que j’ai eus depuis que je suis avec les Alouettes, a souligné Rutley. Je ne ressens pas plus de pression ou de nervosité en raison des succès de Tyrell depuis le début de la campagne.

«J’ai confiance en mes moyens et c’est la même chose chez mes coéquipiers. Ça me rend la vie plus facile.»

Deux styles différents

Comme on le sait, Rutley a un style différent de celui de Sutton.

Il est plus agile et plus rapide que son coéquipier. Il a également prouvé à maintes reprises qu’il était à l’aise pour capter des petites passes avant d’obtenir des gains intéressants.

Cependant, il n’a pas la même force physique que Sutton pour briser des plaqués et obtenir des verges supplémentaires en transportant un adversaire sur son dos.

«On apporte des qualités différentes à la table, a indiqué Rutley. Tyrell punit nos adversaires en courant droit devant lui. Pour ma part, je suis davantage un porteur de ballon de finesse alors que je fais payer la défense adverse en captant des passes.»

Avec la mentalité plus agressive de la ligne offensive implantée au camp d’entraînement, le produit de l’Université San Jose State a eu besoin d’ajuster son approche lors de ses situations de courses.

Au cours des dernières saisons, il avait tendance à «danser» derrière ses coéquipiers avant de trouver une brèche. Maintenant, il doit foncer dans l’ouverture sans hésiter.

On verra s’il sera capable d’appliquer cette notion en situation de match, mercredi, à Ottawa.